Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par ChL
Publié dans : #Véhicules&Matériels

 

L'AMX 10 RC ou le symbole de la France en colère



 

Au début des années 1960, les régiments de reconnaissance de la cavalerie française sont équipés de l’EBR Panhard dont la conception remonte à l’immédiat après-guerre.

 

Même si le véhicule donne toute satisfaction, il ne correspond plus à l’idée que l’on se fait des missions de reconnaissance dans le cadre d’un conflit en Centre Europe et en ambiance nucléaire.

 

Pour l’Etat-major de l’armée de terre (EMAT), les futurs véhicules de combat devront tous être protégés NBC de façon à pouvoir combattre en zone contaminée. EN outre, il convient que le successeur de l’EBR soit puissamment armé avec un canon d’un calibre supérieur au 90 mm qui équipe l’enfin Panhard et avec une allonge plus importante.

 

Le 6 janvier 1961, l’EMAT demande à la Section Technique des Armements Terrestres, l’étude d’un Engin de Reconnaissance Amphibie de Combat (ERAC).

 

En octobre de la même année, une maquette est présentée avec un canon de 90 mm. Mais déjà, on pense à un nouveau canon de 105 mm qui tire un obus à charge creuse et explosive.

 

Le prototype de l’ERAC apparaît à la fin de 1963. C’est un engin chenillé, armé d’un canon de 105 mm et motorisé avec un moteur Panhard.

 

Toutefois, pour l’EMAT, l’ERAC n’est qu’un engin transitoire.

 

En janvier 1965, l4EMAT évoque la possibilité d’un engin à roues au lieu des chenilles.

 

L’AMX étudie alors un châssis à roue comme transport de troupes en parallèle avec l’AMX 10 P transport de troupes à chenilles qui finalement remplacera l’AMX 13 VTT.

 

Le successeur de l’EBR est au point mort ou presque au début des années 1970.

 

Situation délicate pour l’EMAT qui prévoyait de remplacer l’EBR à partir de 1968.

 

En juillet 1970, vient l’idée de monter la tourelle de 105 mm de l’engin amphibie de combat sur le châssis à roues de l’AMX.

 

Trois prototypes sont commands en octobre 1970 et les engins livrés à la fin de 1973.

 

Contrairement à l’EBR, le nouvel engin ne possède pas de poste de conduite arrière avec inverseur. Il est équipé d’un système de rotation sur roues qui lui permet de faire un demi-tour sur place.

 

D’autre part, il est amphibie sans préparation et sa propulsion dans l’eau est assurée par des hydrojets. Enfin, il est entièrement protégé NBC.

 

Les prototypes vont alors commencer une campagne d’essais avant que l’engin désigné AMX 10 RC (roues-canon) ne soit adopté et commandé à 190 exemplaires livrables entre 1977 et 1982, au moment de l’adoption de la loi de programmation militaire de 1976.

 

Une deuxième tranche de 160 exemplaires est prévue pour être livrée après 1982, portant ainsi le total à 350 exemplaires.

 

Au final, l’armée française a reçu 325 AMX 10 RC ; la dernière livraison ayant eu lieu en 1991.

 

L’AMX 10 RC est alors le véhicule blindé à roues le mieux armé au monde et il faudra attendre les années 1980 pour voir apparaître des engins similaires dont le Centauro italien.

 

Toutefois, des complications techniques, et en particulier le problème de précision au tir lié à l’emploi de la conduite de tir par télémétrie laser montée pour la première fois sur un engin blindé et à son symblotage avec le canon.

 

Les premiers AMX 10 RC sont reçus par le 1er Régiments de Hussards en 1979.

 

Progressivement, la cavalerie française va s’équiper d’AMX 10 RC jusqu’au moment où le dernier EBR partira à la retraite en 1986.

 

La carrière de l’AMX 10 REC restera néanmoins discrète. Sa sophistication en fit un véhicule exceptionnel mais cher. De ce fait, il n’intéressa guère les pays du tiers monde. Ces derniers lui préférèrent l’AML 90 ou le Sagaie, mieux adaptés aux besoins de petites forces armées.

 

L’USMAC testa et apprécia l’AMX 10 RC mais, probablement pour des raisons politiques, la famille LAV fut retenue pour les Marines.

 

Avec une commande de 108 véhicules, le Maroc reste le plus important des utilisateurs étrangers. Le Qatar a, lui-aussi, acquis  un certain nombre d’exemplaires, livrés en 1991.

 

Si les AMX 10 RC de la cavalerie française passèrent relativement inaperçus malgré  leurs différents engagements au Tchad, la guerre du Golfe sera l’occasion de les faire passer au premier plan de l’actualité.

 

En effet, dans le cadre de l’opération Daguet, deux régiments d‘AMX 10 RC vont entreprendre une vaste manœuvre de débordement des positions irakiennes à la droite du dispositif allié.

 

Pour cette action, les AMX 10 RC seront accompagnés par des hélicoptères Gazelle Hot (antichar) mais aussi par des VAB Mephisto armés de missiles Hot de 4 000 mètres de portée…

 

Les AMX 10 RC seront alors équipés d’un surblindage prévu de longue date mais ceux-ci n’vaient jamais été montés en temps de paix afin d’éviter une fatigue prématurée des organes mécaniques.

 

On  retrouvera  ce blindage dans l’ex-Yougoslavie…

 

En service dans l’armée française mais aussi dans l’armée marocaine depuis 30 ans, l’AMX 10 RC n’est en rien démodé.

 

La pertinence de vue de ses concepteurs lui permet d’envisager l’avenir avec confiance et ce jusqu’à l’horizon 2012, date programmée pour l’arrivée de son successeur : l’engin blindé à roues de contact.

 

En attendant, les AMX 10 RC, fidèles chevaux de bataille de la cavalerie ont subi une cure de rajeunissement de manière à les maintenir à un niveau opérationnel élevé jusqu’en 2020.

 

Plus que jamais, l’AMX 10 RC est un symbole et lorsqu’on le voit, c’est que la France est en colère.

 




Sources pour le texte :


-Chars et Véhicules militaires d’Hachette-Collections

-Véhicules de combat français d’aujourd’hui d’Yves Debay chez Histoire&Collections


Photo 1 : http://fr.wikipedia.org/wiki/AMX-10_RC
Photo 2 : http://www.defense.gouv.fr/terre/decouverte/materiels/chars/amx_10_rc

 

Commenter cet article

sauzay 28/12/2018 17:03

le premier régiment a être dote d'a m x 10 RC fût le 2regiment de hussard de Sourdun 77 en vieillissement accélère accompagné des techniciens tourelle et châssis fin d'année 79 .1 defile14 juillet 1980, 2 ème défile 14 juillet 1981 et toujours avec le deuxième hussard photos des armées a l'appuis

Une passion partagée depuis 1998

 

 

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo, avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de matériels et miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers…

 

Merci aux Milinfistes qui permettent à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions (articles, photos, documentations…) alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

 

ChL

chl_milinfo@orange.fr

 

 

smiley Jérôme Hadacek

smiley Robert B.

smiley Yves P.

smiley Jean-Pierre B.

smiley Elodie Saint-Lot

smiley Hervé C.

smiley Kamal

smiley Bob

smiley Marc H.

smiley David T.

smiley Florian Vasseur

smiley Jean-Charles

smiley Daniel Baldjian

smiley Patrick G.

smiley Patrick Comelli

smiley Jean-François P.

 

(liste non exhaustive)

 

Veille matériels : Pascal Btr et Frédéric R.

Référent pompiers : Alain Lesaux

 

Les « Milinfistes Premium » sont les contributeurs qui alimentent régulièrement le contenu de Milinfo.
En cliquant sur leur nom, vous pouvez accéder à leurs principales contributions. Cette liste de contributeurs réguliers n'est bien sûr pas exhaustive...

Sont aussi Premium, les Milinfistes qui versent ou qui  ont versé une participation afin de financer l'hébergement, l'espace de stockage de Milinfo et la suppression de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Articles récents

Milinfo-Focus en PDF

 

Milinfo-Focus est accessible, au format PDF, aux Milinfistes Premium.

Contact : chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

Hébergé par Overblog