Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Milinfo
Publié dans : #Dossier 3 : les miniatures Gaso.Line

 

-17 octobre 2018 :

 

Avant de sortir dans la gamme Master Fighter, les Laffly W15 T et W15 TCC ont d'abord été proposés par Gaso.Line :

Laffly W15 T au 1/48 de Gaso.Line

Laffly W15 T au 1/48 de Gaso.Line

Laffly W15 TCC au 1/48 de Gaso.Line
Laffly W15 TCC au 1/48 de Gaso.Line

Laffly W15 TCC au 1/48 de Gaso.Line

 

17 mai 2013 :

 

Faute de temps, nous n'avions fait qu'évoquer brièvement le canon anti-char de 47 mm SA 37 proposé par Master Fighter pour accompagné le Laffly W15 TTC.

 

Le voici ici photographié dans sa boîte vitrine puis à sa sortie de boîte...

 

Cette pièce d'artillerie anti-char, très correctement reproduite par Gaso.Line, est incontournable pour les collectionneurs de matériels militaires français de la Seconde Guerre mondiale !

 

P1060245.JPG

 

P1060247.JPG  

P1060248.JPG

 

P1060249.JPG

 

P1060250.JPG

 

 Les canons antichars français*

 

En 1940, la France était certainement le pays le plus avancé du monde en matière de lutte antichar. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France est, comme tous les autres pays, démunie d'armes antichars. Le 37 mm modèle 1916 TR dont est équipée l'infanterie n'est que de peu d'efficacité même à cette époque, cette arme ayant été à l'origine développée pour être opposée aux mitrailleuses (capacité de perforation: 12 mm à bout portant sous 0° avec l'obus de rupture Mle 1892m24, 25 mm à 100 m sous 30° avec l'obus de rupture modèle 1935). Les premières unités antichars formées en 1918 seront donc équipées de pièces de marine de 47 et 65 mm.

 

Un programme de mise en service d'armes antichars est établi en 1920. Il s'agit de remplacer le 37 TR, inapte à cet emploi, par une pièce d'un calibre proche de 20 mm en mesure de perforer une vingtaine de millimètres de blindage à 600 m sous un angle de 60°. La pièce doit présenter un encombrement et une masse faible, de l'ordre de ceux du 37 mm TR. S'ensuivra un prototype de 17 mm, monté sur l'affut du 37 mm TR, qui ne sera pas mis en production. Il sera également envisagé d'utiliser la mitrailleuse Hotchkiss de 13,2 mm CA modèle 30 comme arme antichar (capacité de perforation: 20 mm à 200 m sous 25° avec la cartouche perforante modèle 1935).

 

En 1932, Hotchkiss présente son premier prototype de pièce antichar, extrapolé d'une arme développée durant la Première Guerre pour être montée dans les chars existants. L'arme sera adoptée sous la désignation de Canon léger de 25 mm antichar SA-L modèle 1934. L'arme sera rapidement mise en construction puisqu'en 1936, 2000 exemplaires sont en service. A la même époque, l'artillerie modifie son canon de campagne de 75 mm en modèle 97/33, sur affût biflèche, et en équipe ses batteries divisionnaires antichars. Les grandes unités affectés aux fronts statiques verront leurs batteries antichars de 75 mm modèle 1897 équipées de plate-formes Arbel, permettant un tir tous azimuts au détriment de la mobilité. Par la suite, l'usage de la plate-forme Arbel sera étendue à tous les groupes de 75 mm de campagne.

 

Canon léger de 25 mm antichar modèle 1934


Poids en batterie: 480 kg
Vitesse initiale: 920 m/s
Poids du projectile: 0,320 kg
Performances: 35 mm à 100 m, 29 mm à 500 m, 20 mm à 1 000 m sous 30°
- le modèle 1937 a des performances sensiblement identiques avec un poids en batterie de 310 kg;
- ces performances sont similaires à celles du canon allemand 3,7-cm PaK 35/36 utilisant la munition Pzgr 39.

 

Le canon antichar de 25 mm est également développé pour être utilisée sur des blindés (automitrailleuse Panhard 178 AMD-35) et dans les fortifications de la Ligne Maginot. Dans ce dernier rôle, il rejoint la mitrailleuse de 13,2 mm et les canons antichars de 37 et 47 mm modèle 1934, spécifiquement conçus pour les fortifications.

Le gros inconvénient du 25 SA 34 Hotchkiss est son poids, jugé trop élevé. APX développe une nouvelle pièce de 25 mm, allégée, qui est adoptée sous la désignation Canon léger de 25 mm antichar SA modèle 1937. Ce canon entre en production en 1938 à une cadence mensuelle d'une soixantaine de pièces. Il intègre la dotation des compagnies d'accompagnement dans les bataillons d'infanterie, alors que le modèle 1934 est plutôt destiné aux compagnies divisionnaires antichars. Même s'il est plus lourd, le modèle 1934 semble avoir souvent été préféré au modèle 1937 en raison de la grande fragilité de ce dernier, diminuant sa stabilité et sa capacité à être tractée.

L'artillerie adopte à la même époque une arme de 47 mm à l'origine développée pour l'infanterie (qui l'a jugée trop lourde). La nouvelle pièce est capable de surclasser le blindage de tous les blindés alors en service. La France adopte ce matériel, désigné Canon de 47 mm antichar SA modèle 1937 dès qu'elle a connaissance de l'existence du PzKpfw IV. Le 47 mm est généralement tracté par un semi-chenillé Somua, sa silhouette massive mais basse facilite sa dissimulation et, pour l'heure, il n'existe aucun char susceptible de lui résister. En 1939 quelques modifications très minimes donneront naissance au modèle 1937/39 pratiquement identique.

 

Canon de 47 mm antichar SA modèle 1937

 
Poids en batterie: 1050 kg
Vitesse initiale: 855 m/s
Poids du projectile: 1,725 kg
Performances: 57 mm à 100, 50 mm à 500 m, 42 mm à 1 000 m, 36 mm à 1 500 m sous 30°
- performances identiques pour les modéle 1937/39 et 1939;
- ces performances sont sensiblement les mêmes que celles du 5-cm PaK 38 allemand utilisant la munition Pzgr 39

 

En 1935, l'armée française a passé commande de 6 000 pièces antichars de 25 mm (modèle 1934). En 1937, avec l'apparition du modèle 1937 léger, le total de la demande est porté à 8 000 exemplaires, mais revient vite à son échelon initial de 6 000 en raison de la mise en fabrication du 47 mm, commandé à 2 160 exemplaires. Environ 3 000 canons antichars de 25 mm sont en dotation en 1940, essentiellement dans les compagnies divisionnaires antichar (12 piéces/compagnie), dans les compagnies régimentaires d'engins (6 piéces/compagnie) et dans les compagnies d'accompagnement des bataillons d'infanterie (2 piéces/compagnie). dans de nombreuses unités, le canon de 25 mm cotoie le vieux 37 mm TR qui, contrairement aux 25, peut tirer un obus explosif polyvalent.

Le 47 mm SA modèle 1937 a été commandé a 2 160 exemplaires, destinés à équiper 180 batteries antichars de 12 tubes chacun. En mai 1940, 1 700 pièces environ étaient fabriquées dont 1 200 auraient été livrés. Par manque de piéces, les batteries divisionnaires devront se contenter de 8 tubes. Certaines divisions de série B continueront à utiliser le 75 modèle 97/33 en 1940, à raison d'une ou deux batteries de six piéces par division.

Un successeur au 47 mm SA modèle 1937 était programmé, le Canon antichar de 47 mm SA modèle 1939, consistant essentiellement en un tube de modèle 1937 équipé d'un frein de bouche et monté sur un affût triflêche permettant une mise en batterie simple et un tir tous azimuts. Cette piéce devait entrer en fabrication au dernier trimestre 1940, en même temps qu'une arme encore plus puissante, le Canon antichar de 75 mm TAZ modèle 1939. Ce canon de 75 mm utilisait le tube du canon antiaérien de 75 mm CA modèle 1932 monté, également, sur affût trifléche. Ce 75 devait équiper des unités antichars de réserve générale. Les canons de 25 mm devaient, pour leur part, céder la place à une piéce à ame conique, le Canon antichar de 29/20 mm Larsen acheté à une cinquantaine de piéce au Danemark en 1940. Ce canon devait être fabriqué sous licence par Manhurin.

 

Canon antichar de 29/20 mm Larsen


Poids en batterie: 200 kg
Vitesse initiale: 1 400 m/s
Poids du projectile: 0,090 kg (noyau en carbure de tungsténe)
Performance: 56 mm à 400 m sous 30° (à peu prés identique à celle du 47 mm)
- le seul équivalent de ce canon sera 2,8-cm SpzB 41 allemand.

 

Canon antichar de 75 mm TAZ modèle 1939

Vitesse initiale: 700 m/s (obus de rupture modèle 1910)
Poids du projectile: 6,4 kg (O.R. 1910)
Performance: 80 mm à 1 000 m (avec l'obus de rupture modéle 1910)
- Ce canon devait employer le noueau obus sous calibré de 75/57 mm alors à l'étude. Avec ce projectile, les performances auraient été sensiblement équivalentes à celles du 17-pdr britannique (de l'orde de 180 mm à 1 000 m sous 35°).

 

Pour être tout à fait complet, il faut mentionner qu'une piéce antichar de 90 mm était en phase finale de mise au point. Elle utilisait le tube du canon de 90 mm CA modèle 1939 Shneider avec une vitesse intiale de 810 m/s.

Sur le plan des munitions antichars, la France travaillait sur des obus sous calibrés à jupe détachable de 25, 37, 75, 155 et 203 mm (ces deux derniers pour la Marine). L'obus 37/25 destiné au vieux 37 mm TR modèle 1916 aurait donné à ce dernier les mêmes performances antichar que les canons de 25 mm avec une vitesse initiale de 1 150 m/s. Le 75/57 mm, destiné au 75 TAZ 39, devait également équiper les 75 de campagne modèle 1897. Tiré de ces derniers, sa vitesse initiale était de 900 m/s et sa capacité de pénétration de 90 mm à 1 000 m sous 35°. Un obus à charge creuse de 75 mm était également prévu, pouvant perforer 70 mm de blindage.

 

 (*: source : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t1740-les-canons-antichars-francais#30930)

 

-13 avril 2013 :

 

On connait finalement assez peu le matériel qui équipait l'armée française en 1940. Certains restent même convaincus que celui-ci était désuet et dépassé... alors que c'est surtout, l'utilisation "intelligente" du potentiel de notre armée qui a fait défaut !

 

Le Laffly W15 TTC reproduit par Gaso.Line et proposé en "monté et peint" dans la gamme Master Fighter rend un bel hommage aux industriels français qui, à cette époque, équipait notre armée.

 

Quelques photos pour s'en convaincre...

 

P1060242comp.JPG

    

P1060244

 

P1060252comp.JPG

 

P1060257comp.JPG

 

P1060251comp.JPG

 

-12 avril 2013 :

 

Même exercice avec le Laffly TTC en version tracteur d'artillerie...

  

gas50227k02.jpg

 

gas50227k05.jpg

 

gas50227k07.jpg

 

gas50227d.jpg

  

-8 avril 2013 :

 

Pour ceux qui préfèrent opter pour la version kit à monter soi-même, ou tout simplement pour les curieux, voici le chasseur de char Laffly W15 TTC, au 1/48ème, de chez  Master  Fighter avant mis en peinture...

 

Personnellement, j'aime voir comment sont réalisées les miniatures qui intègrent mon "parc" !

 

gas50226k03.jpg

 

gas50226k04.jpg

 

gas50226k02.jpg

 gas50226k10.jpg

 

gas50226d.jpg

    

-27 mars 2013 :

 

Les Laffly W15 en version tracteur d'artillerie ou anti-char sont désormais disponibles.

 

Il s'agit là de bien belles miniatures qui, sans aucun doute, raviront les amateurs de matériels de la Seconde Guerre mondiale.

  

-10 mars 2013 :

 

Les amateurs de véhicules militaires français de la Seconde Guerre mondiale ne seront pas non plus oubliés :

 

7.jpg

   

-18 février 2013 :

 

Voici les premières photos du Laffly W15 TCC chasseur de char de chez Gaso.Line (gamme Master Fighter).

 

Réf : MF48544 Laffly W15 TCC (chasseur de chars)


Le Laffly W15T est un dérivé du Laffly S15T dont il ne se distingue mécaniquement que par quelques changements qui permettent de baisser le véhicule sans diminuer la garde au sol mais qui change totalement la silhouette du véhicule. Pour des performances similaires, le W15 réalise un gain considérable de poids mort (700 kg environ), grâce à sa nouvelle carrosserie surbaissée spécialement conçue pour le service du 47mm. Même si c’est le Laffly W15 qui remporte la compétition des tracteurs à roues du 47 mm Mle.37, c’est la société Hotchkiss qui reçoit, le 2 septembre 1939, une première commande de 75 tracteurs W15T pour 47mm AC.

Le Laffly W15 TCC (TCC pour Tank Chasseur de Chars) est une improvisation dictée par l'urgence des évènements de mai 1940. Le prototype disposait d'une caisse blindée qui fut supprimée sur le modèle de série pour en accélérer la production. Elle fut en fait remplacée par deux plaques blindées assurant la protection du conducteur et le bouclier du canon fut prolongé sur les côtés.

    
Du 24 mai au 17 juin Laffly livra 60 exemplaires de son chasseur de char.

 

mf48544m04.jpg

 

mf48544m01.jpg

 

mf48544m02.jpg

  

-17 février 2013 :

 

Voici les photos du tracteur Laffly W15T au 1/48ème de chez Master Fighter.

 

Petite évolution appréciable, les compteurs du tableau de bord sont désormais représentés...

 

mf48545m02.jpg

   

Le consortium Laffly / Hotchkiss un « Dodge 6x6 » à la française avant l’heure !

   
Le Laffly W15T est un dérivé du Laffly S15T dont il ne se distingue mécaniquement que par quelques changements qui permettent de baisser le véhicule sans diminuer la garde au sol mais qui change totalement la silhouette du véhicule. Pour des performances similaires, le W15 réalise un gain considérable de poids mort (700 kg environ), grâce à sa nouvelle carrosserie surbaissée spécialement conçue pour le service du 47mm. Même si c’est le Laffly W15 qui remporte la compétition des tracteurs à roues du 47 mm Mle.37, c’est la société Hotchkiss qui reçoit, le 2 septembre 1939, une première commande de 75 tracteurs W15T pour 47mm AC.

 

mf48545m05.jpg

 

mf48545m04.jpg

 

-16 février 2013 :

 

Voici les premières photos de ces miniatures au 1/48ème sur lesquelles nous reviendrons très vite avec d'autres photos...

    

gas50226x400-H-233-W-400-S-38557.jpg

    

gas50227x400-H-218-W-400-S-40320.jpg

    

gas50227228.jpg

    

gas50228x400.jpg

   

-4 novembre 2012 :

 

Chez Gaso.Line, on enchaîne les nouveautés les unes après les autres...

 

Au premier trimestre 2013, les amateurs de véhicules français de la Seconde Guerre mondiale pourront se "régaler" de 4 nouvelles références :

 

Chasseur de chars Laffly W15 TCC

 

mf48544dessin-H-199-W-400-S-38631.jpg
Tracteur d'artillerie Laffly W15 T

 

mf48545dessin-H-158-W-400-S-39120.jpg
Tracteur d'artillerie Laffly W15 T + 47mm SA37

 

mf48545OSdessin.jpg
Canon anti-char 47 mm SA37

   

Commenter cet article

Jacques Bruchon 17/10/2018 08:57

Magnifique, comme toute les réalisations de Gaso-Line concernant la Bataille de France.
Malheureusement, la source semble tarie en ce moment, Nous attendons toujours avec impatience les tracteur et chars Somua, les tracteurs Latil,...

Une passion partagée depuis 1998

 

 

 

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo, avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de matériels et miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers…

 

Merci aux Milinfistes qui permettent à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions (articles, photos, documentations…) alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

 

ChL

chl_milinfo@orange.fr

 

 

smiley Jérôme Hadacek

smiley Robert B.

smiley Yves P.

smiley Jean-Pierre B.

smiley Elodie Saint-Lot

smiley Hervé C.

smiley Kamal

smiley Bob

smiley Marc H.

smiley David T.

smiley Florian Vasseur

smiley Jean-Charles

smiley Daniel Baldjian

smiley Patrick G.

smiley Patrick Comelli

smiley Jean-François P.

 

(liste non exhaustive)

 

Veille matériels : Pascal Btr et Frédéric R.

Référent pompiers : Alain Lesaux

 

Les « Milinfistes Premium » sont les contributeurs qui alimentent régulièrement le contenu de Milinfo.
En cliquant sur leur nom, vous pouvez accéder à leurs principales contributions. Cette liste de contributeurs réguliers n'est bien sûr pas exhaustive...

Sont aussi Premium, les Milinfistes qui versent ou qui  ont versé une participation afin de financer l'hébergement, l'espace de stockage de Milinfo et la suppression de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Articles récents

Milinfo-Focus en PDF

Milinfo-Focus est accessible, au format PDF, aux Milinfistes Premium.

Contact : chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

Hébergé par Overblog