Articles avec #vehicules&materiels catégorie

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Espace Jérôme Hadacek

 

-22 novembre 2015 :

 

Salon MILIPOL 2015 : cette année, dans un contexte bien évidemment très marqué par les attentats du 13 novembre, quelques véhicules exposés ne rassuraient pas vraiment sur une éventuelle attaque terroriste.

 

Fallait il déjà se préparer à une escalade des menaces plus dangereuses et plus sournoises ? Nous vous en laissons juge,  même si les moyens sont adaptés et commencent à se multiplier.


Tout d’abord cet IVECO DAILY des Marins Pompiers de Marseille, laboratoire mobile NRBCe (Nucléaire, Radiologique, Bactériologique et Chimique - Explosif) :

Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)
Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)
Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)

Cet autre véhicule Renault Master, cette fois de la police judiciaire pour effectuer les constations juridiques des produits détectés par les pompiers.

 

Ce nouveau département de la Police nationale créé en 2010 est la composante d’un détachement central interministériel d’intervention technique (DCI-IT) que le CONSTOX a intégré (CONStatations en milieu TOXique).

 

Il comporte l’ensemble des matériels tenues, appareillages de détection et de mesure nécessaires pour effectuer ces missions difficiles et périlleuses :

Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)
Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)
Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)
Véhicules et matériels : laboratoires NRBCE (par Jérôme Hadacek)

Merci à Jérome Hadacek ;)

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Espace Jérôme Hadacek

 

-21 novembre 2015 :

 

La PME française Novadem est en train d’asseoir son positionnement dans l’activité micro-drone étatique.

 

Le Ministère de l'intérieur vient de sélectionner cette société pour la fourniture, à la Gendarmerie, sa solution NX110 pour trois ans.

 

Le marché comprend outre les plateformes, la formation et le maintien en condition opérationnelle.

 

Novadem, basée à Aix-en-Provence fournit déjà des micro-drones à la DGA ou la STAT (section technique de l'armée de terre) ou les sapeurs pompiers des Bouches du Rhône.

 

Le NX110 avec un poids de 2 kg est transportable à dos d'homme. Il affiche une autonomie de plus de 20 min et un rayon d'action de 1 km. Il peut être opéré de jour comme de nuit grâce à une charge utile interchangeable.

 

Pour la Gendarmerie, il sera doté d'un dispositif de réception en temps réel des vidéos captées par le drones, développé par InPixal.

Véhicules et matériels : des drônes "made in France "pour la gendarmerie

Et pour les passionnés de véhicules de gendarmerie, voici le logo d'un nouveau détachement en charge de la mise en oeuvre des drones.

 

Celui-ci est ici apposé sur un Peugeot Expert.

 

Devant le recrudescence des survols de sites sensibles par les drones privés, la gendarmerie se dote d’un appareil similaire, mais également pour effectuer des vols de recherches, de photographies, de surveillance et de cartographie.

 

Photo Jérôme Hadacel (Milipol 2015)

Véhicules et matériels : des drônes "made in France "pour la gendarmerie
Véhicules et matériels : des drônes "made in France "pour la gendarmerie

Lien article :

Lien société :

Lien brochure NX110 :

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Espace Jérôme Hadacek
Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle

-17 novembre 2015 :

 

Le plan Vigipirate est un des outils du dispositif français de lutte contre le terrorisme. Il se situe dans le champ de la vigilance, de la prévention et de la protection. Il peut être prolongé par d’autres plans gouvernementaux dans le champ de l’intervention1. Il relève du Premier ministre et associe tous les ministères.

 

Il s’agit d’un dispositif permanent qui s’applique en France et à l’étranger, et à tous les grands domaines d’activité de la société (les transports, la santé, l’alimentation, les réseaux d’énergie, la sécurité des systèmes d’information…).

 

Il vise à associer tous les acteurs de la nation susceptibles de contribuer à la vigilance, à la prévention et à la protection contre la menace terroriste : l’État, les collectivités territoriales, les opérateurs, les citoyens.

 

Depuis janvier 2015, une mission de protection associée au plan Vigipirate est confiée à des militaires sous le nom d'Opération Sentinelle.

Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle

Le plan Vigipirate a bénéficié de la dotation de véhicules spécifiques classifiés en "matériel secteur" au profit des forces armées participant au dispositif.

Une série de Land Rover, en version civile, disposant d'un marquage spécifique, a été achetée, essentiellement afin de préserver les véhicules militaires des unités contributrices pour les opérations extérieures.

Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle
Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle
Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle
Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle

Pour ses missions de sécurité intérieure, l'armée de terre a dû louer 200 véhicules monospace de différentes marques, rien que pour l'Ile-de-France, pour un coût de 10.000 euros par jour.

Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle
Véhicules et matériels : mission Vigipirate et opération Sentinelle

Merci à Jérôme Hadacek pour les photos qui illustrent cet article.

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels
Véhicules et matériels : le VAB 4x4 Ultima de RTD (Eurosatory 2014)

-17 novembre 2015 :

 

La direction générale de l’armement (DGA) a prononcé, début octobre 2015, la qualification de la version « génie » du Véhicule de l’avant blindé (VAB) au standard Ultima.

Véhicules et matériels : le VAB 4x4 Ultima de RTD (Eurosatory 2014)

Cette qualification marque la fin d’un cycle de transformations techniques conduites en vue de permettre au VAB de continuer à remplir la totalité de ses missions jusqu’à son remplacement progressif, à compter de 2019, par le véhicule blindé Griffon en cours de développement dans le cadre du programme Scorpion. Les derniers VAB seront retirés du service à l’horizon 2030.

 

Le parc français de VAB comprend environ 3 000 véhicules, principalement en service dans l’armée de terre. Le VAB a été décliné en une trentaine de versions opérationnelles, du transport de troupes pour l’infanterie au porteur de systèmes d’armes les plus divers. Afin d’adapter le VAB à l’évolution de la menace sur les théâtres d’opérations extérieures, la DGA a commandé ces dernières années à son fabricant Renault Trucks Defense (RTD) de nombreuses améliorations. Elles ont concerné principalement la protection, la motorisation, l’armement et l’adaptation au système Félin.

 

Le standard Ultima du VAB inclut des protections et équipements contre les engins explosifs improvisés, un tourelleau téléopéré de 12,7 mm permettant au servant de rester protégé à l’intérieur du véhicule, ainsi qu’un système de localisation acoustique des tireurs adverses. Le VAB Ultima a la capacité de soutenir des combattants équipés du système Félin et est équipé du réseau d’interphonie de nouvelle génération RIF NG. Le VAB Ultima est actuellement déployé en opérations extérieures.

 

Le standard est déclinée en deux versions, les VAB Ultima infanterie (230 engins commandés et livrés) et les VAB Ultima génie (60 engins commandés, 30 livrés). La version « génie » dispose de spécificités du fait de l’emport de matériels spécifiques à cette arme, et l’ajout d’un treuil monté sur l’arrière. La livraison des derniers VAB Ultima « génie » est prévue au premier semestre 2016.

-16 juillet 2014 :

 

Sur le stand RTD, au côté du VAB MK III, notre bon vieux VAB... en version Ultima :

 

Juillet-2014-0712.JPG

 

Juillet-2014-0713.JPG

 Juillet-2014 0717

 

Juillet-2014-0718.JPG

 

Juillet-2014-0709.JPG

 

Le même véhicule, photographié par Jérôme cette fois, avant qu'il en quitte les parkings d'Eurosatory :

 

JT6B9739.JPG

    

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Espace Jérôme Hadacek

-28 octobre 2015 :

 

Pour compléter notre article du 12 octobre, Jérôme Hadacek nous propose trois photos illustrant des surblindages effectués sur VBL Panhard

 

- au Liban au sein de la FINUL et extrait de la collection et photos de Thomas SEIGNON auteur de l’excellent livre UNIFIL/FINUL 1978/2011- Blindés et maintien de la paix au sud Liban de 1978 à 2011- Editions CARACTERE (photo 1)

 

- sur le stand de l’armée de terre lors du dernier EuroSatory 2014 (photos2 et 3)

 

Des surblindages non standardisés mais qui préfigurent ce que vont être les modifications.

 

A noter que bizarrement, la portière arrière n’est pas renforcée ?!

Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2
Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2
Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2

-12 octobre 2015 :

Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2

La prolongation des Véhicules blindés légers (VBL) à l’étude

 

Conçu au début des années 1980 par Panhard, le Véhicule blindé léger (VBL) a été de toutes les opérations extérieures menées par l’armée de Terre depuis son entrée en service. Au total, 1.600 exemplaires ont été livrés à cette dernière.

 

Seulement, au fil du temps, ces VBL ont vu leur masse passer en moyenne de 3,5 à 4 tonnes, avec l’ajout d’armes supplémentaires, de surprotections et de systèmes divers. Et cela n’a pas été sans conséquence sur la mécanique, notamment au niveau du moteur, des freins, de la transmission ou encore des suspensions.

 

Aussi, la rénovation d’au moins la moitié des VBL livrés est sur la table depuis quelques temps déjà. Mais, avec les contraintes budgétaires, elle a été sans cesse reportée. En juin 2013, le général Ract-Madoux, désormais ancien chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) expliquait, lors d’une audition au Sénat, que la « livraison du véhicule blindé d’aide à l’engagement (VBAE), envisagée à partir de 2030 au lieu de 2025, nécessitera de prolonger la durée de vie du véhicule blindé léger, perspective qui n’a pas été intégrée en construction budgétaire à ce stade ».

 

Mais cette rénovation attendue devrait se faire bientôt. Dans un communiqué diffusé ce 8 juin, Renault Trucks Defense, qui a mis la main sur Panhard, a annoncé avoir obtenu, de la part de la Direction générale de l’armement (DGA) un contrat portant sur « l’étude de la prolongation du Véhicule Blindé Léger avec des performances consolidées, en vue de son maintien dans les forces armées pour les 15 prochaines années ».

 

L’industriel précise que cette remise à niveau portera sur le moteur, la boîte de vitesses, la suspension et le freinage et qu’un premier démonstrateur a été livré à l’armée de Terre en décembre 2014 « pour une évalution qui a débouché sur l’étude de prolongation qui vient d’être notifiée ». Trois autres VBL seront livrés cette année « pour une expérimentation dans les forces début 2016″. Ces véhicules seront préparés par l’usine Panhard de Marolles-en-Hurepoix (91).

 

Source : http://www.opex360.com/2015/07/08/la-prolongation-des-vehicules-blindes-legers-vbl-letude/#SOyGV7QYiw2kVqQC.99

 

-23 juin 2012 :

 

ESY12date-FDnoirGB

 

Voici les VBL et VBL MK2 (5 dernières photos) photographiés sur le stand Panhard.

Le VBL Mistral a récemment été reproduit par Gaso.Line (gamme Master Fighter).

 

P1030771.jpg

Img_7095.jpg

VBL-MK2.jpg

P1030772.jpg

Img_7097.jpg

P1030784.jpg

P1030783.jpg

Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2
Véhicules et matériels : Panhard VBL et VBL MK2

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels
Véhicules et matériels : semi-remorque porte-char Louault

 

-22 octobre 2015 :

 

L’entreprise Remorques Louault assurait ce jeudi 15 octobre, à Saint-Fargeau, une partie de la livraison de treize semi-remorques destinées à l’Armée de terre pour son transport de matériel. La société a remporté en début d’année un appel d’offres estimé à un million d’euros.

 

Ces remorques télescopiques sont dotées de tables élévatrices, supportent 32 tonnes de charge utile et mesurent 14 mètres de long. Pour cette acquisition pilotée par l'état-major de Lille, une vingtaine de militaires s'est rendue, par camions tracteurs, sur le site de l'entreprise poyaudine.

 

Merci à Pascal BTR pour l'info.

 

Source et photos :

Véhicules et matériels : semi-remorque porte-char Louault
Véhicules et matériels : semi-remorque porte-char Louault

Voir aussi :

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Espace Jérôme Hadacek, #Les miniatures de Gendarmerie

 

-12 novembre 2015 :

 

Milinfo-Focus n° 34 :

 

-23 octobre 2015 :

 

Par comparer et pour être le plus complet possible, voici une photo du deuxième camion lourd de dépannage du Groupement blindé de Gendarmerie de Satory : un Renault R310.

 

Merci à Jérôme...

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

 

-22 octobre 2015 :

 

En regardant différentes photos du CBH 385 dépanneur lourd de la Gendarmerie, j'ai remarqué deux configurations différentes : l'une avec un bras hydraulique derrière à la cabine et l'autre avec un coffre, couleur carrosserie, en lieu et place de cette grue.

Pourtant tous les documents consultés évoque un seul et même véhicule immatriculé 29430039.

L'explication nous est venue de Jérôme Hadacek que je remercie une nouvelle fois.

 

-Photo n°1 prise dans Paris place Clemenceau le 24 novembre 2004 :

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

-Photo n°2 prise au groupement blindé de la Gendarmerie de Satory le 7 juin 2013

Même véhicule, même immatriculation, mais démontage de la grue hydraulique, devenue inutile, remplacée par un caisson cargo de chargement de matériel de dépannage divers.

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

-6 octobre 2015 :

 

Le Renault CBH 385 est un camion lourd de dépannage entrée en service dans la Gendarmerie en 1994. Il offre des capacités très puissantes de dépannage et de remorquage pour les véhicules lourds.

 

Caractéristiques techniques :

 

-poids : 26 tonnes

-PTRA : 100 tonnes

-Puissance : 385 cv

-Autonomie : 800 km

-Equipements de relevage : une flèche hydraulique télescopique Palfinger et 2 treuils de 20 tonnes

-équipement de remorquage : bras hydraulique

 

Ce dépanneur 6x6 (VEH DL dans la dénomination Gendarmerie) a été commandé à un exemplaire - immatriculation : 29430039) et affecté au groupement blindé de Satory pour tracter les VBRG en panne sur la région Ile de France. Il a remplacé un Berliet TBU CLD équipé d'une grue Austin.



Ce véhicule qui reprend le châssis et la cabine du Renault CBH a été construit par la société Fiault, spécialisée dans la réalisation de dépanneuses, deporte-engins, de fourrières, de remorques et d’accessoires de dépannage (grues, treuils, rampes lumineuses, palonniers…). Cette entreprise installée à Lassay-les -Châteaux (Mayenne) propose la plus large gamme européenne dans le domaine du véhicule de dépannage et du transport automobile. Plus d'infos sur "www.fiault53.fr".

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd
Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd
Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd
Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

-23 mai 2015 :

 

En août prochain, Momaco va commercialiser un Renault CBH 385 dépanneur lourd de la gendarmerie. Cette miniature au 1:43 sera distribuée sous la marque Perfex...

 

Voici quelques photos du CBH 385, à l'échelle 1 avec même immatriculation, en service dans la gendarmerie.

 

Merci à Jérôme Hadacek...

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd
Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

Ci-dessous, deux photos du seul Renault CBH 385 dépanneur lourd en service dans l’armée française en livrée trois tons Centre-Europe.

Celui-ci est en service au sein du Service des Essences des Armées (SEA).

L'engin photographié était de service lors des répétitions du 14 juillet 2013, dans le parc des engins de maintenance, où il a été "surpris" par Jérôme Hadacek.

Un magnifique véhicule, très impressionnant !

Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd
Véhicules et matériels : le Renault CBH 385 dépannaeur lourd

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels
-13 octobre 2015 :

 

Le gouvernement australien va acheter des centaines de véhicules blindés légers au géant français de l'électronique et de la défense. Le contrat s'élève à 817 millions d'euros, a annoncé lundi le Premier ministre Malcolm Turnbull.

Véhicules et matériels : le Hawkei de Thales

Le gouvernement australien va acheter des centaines de véhicules blindés légers au groupe français Thales, géant de l'électronique et de la défense, un contrat de 1,3 milliard de dollars australiens (817 millions d'euros), a annoncé lundi 5 octobre le Premier ministre Malcolm Turnbull.

 

L'Australie, qui s'est engagée dans la modernisation de ses forces armées, est membre de la coalition emmenée par les Etats-Unis qui mène des frappes aériennes en Syrie et en Irak contre des cibles de l'organisation Etat islamique.

 

Le gouvernement va "acheter 1.100 véhicules blindés Hawkei et plus de 1.000 remorques pour renforcer ses forces armées", ont annoncé le Premier ministre et la ministre de la Défense, Marise Payne, dans un communiqué conjoint.

 

Malcolm Turnbull a toutefois expliqué que ce contrat ne signifiait pas que son pays veuille s'impliquer davantage dans les conflits mondiaux. "Ce n'est pas le signal que je veux envoyer", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

 

Malcolm Turnbull, qui a récemment pris les commandes du gouvernement à la faveur d'un putsch au sommet du parti conservateur au pouvoir, a souligné que ce contrat bénéficierait aussi à l'économie locale au moment où l'Australie cherche de nouveaux moteurs de croissance après la fin du boom minier: 170 emplois directs seront créés et 60 emplois indirects.

 

Ces véhicules seront produits par la chaîne de production de Thales Australia, filiale du géant français, à Bendigo, dans l'Etat de Victoria.

 

Depuis 2004, Thales fabrique en Australie les blindés Bushmaster destinés à l'armée australienne comme à l'exportation. Ce véhicule, déployé en Irak et en Afghanistan, a été vendu dans plusieurs pays, parmi lesquels le Japon et les Pays-Bas.

 

D'après Thales Australie, la production des nouveaux blindés doit commencer à la mi-2017, et les premiers véhicules seront livrés fin 2017. Le programme doit durer trois ans et demi.

 

Outre ses véhicules blindés, le gouvernement veut renouveler sa flotte de sous-marins, un méga contrat à 31 milliards d'euros pour lequel France, via le constructeur DCNS, est sur les rangs.

 

L'année dernière, le gouvernement avait renforcé l'armée de l'air avec l'achat pour 12,4 milliards de dollars de 58 avions de chasse américains F-15 Joint Strike Fighters.

 

 

-22 juillet 2014 :

 

Le Hawkei, véhicule léger de 7 tonnes aéromobile, a été conçu pour être rapidement déployé sur les théâtres d’opération. Modulaire et évolutif, ilcomporte différentes variantes en fonction des besoins – commandement, reconnaissance, liaison et utilitaire. Véhicule de prédilection pour les opérations présentant des options limitées en termes de point d’entrée, le Hawkei offre une grande souplesse opérationnelle dans un large éventail deprofils de mission.

 

Combinant des capacités de survivabilité, mobilité, charge utile et protection qui en font un véhicule prêt à accomplir sa mission, le Hawkei bénéficie également d’un blindage B-kit innovant pouvant être mis enplace en moins de 30 mn, sans outillage particulier. Cette approche simple et efficace a été développée avec Plasan, leader reconnu dans les solutions et systèmes de blindage, Boeing Defence Australia assurant pour sa part les services de support du véhicule.

.

Hawkei-web.jpg

 

------

 

Eurosatory_medium.jpg

 

Juillet-2014-suite 0798

 Juillet-2014-suite-0800.JPG

 

Juillet-2014-suite-0959.JPG

 

Juillet-2014-suite-0958.JPG

 

Liens :

 

-https://www.thalesgroup.com/en/worldwide/defence/hawkei

-http://www.hawkei.com/

 

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels, #Les miniatures de sapeurs pompiers
Véhicules et matériels : Nouveaux aménagements de la gamme incendie de Renault Trucks

-15 octobre 2015 :

 

Renault Trucks, leader sur le marché français des véhicules de secours et de lutte contre les incendies avec 72,3 % de parts de marché, présentera sa gamme incendie lors du Congrès national des sapeurs-pompiers de France. Cette 122e édition s'est tenue à Agen, du 23 au 26 septembre 2015.

Véhicules et matériels : Nouveaux aménagements de la gamme incendie de Renault Trucks

Renault Trucks a présenté les nouveautés de sa gamme Euro 6 incendie au 122ème Congrès National des sapeurs-pompiers de France.

 

Leader sur le marché français des véhicules de secours et de lutte contre les incendies avec 72,3 % de parts de marché, Renault Trucks exposera un large panel de son offre Fire and rescue : des véhicules, de 2,8 à 32 tonnes, d’une maniabilité exceptionnelle qui permettent aux sapeurs-pompiers de rejoindre, en toutes circonstances, des situations d’urgence, en zone urbaine, en zone rurale, ou encore en zone difficile d’accès.

Parmi les nouveaux aménagements proposés par Renault Trucks, sur cette gamme, on notera de nouvelles implantions châssis sur les véhicules FPT (Fourgon pompe tonne). Celles-ci, en libérant de l’espace à droite et à gauche des longerons permettent de répondre aux attentes des sapeurs-pompiers en augmentant de façon significative les volumes de rangement et l’espace dédié à leur matériel. Les visiteurs pourront également découvrir Le Renault Trucks K dans sa version cabine « équipage » : un modèle disponible en version 6 places XL ou 8 places XXL. Enfin, Renault Trucks présentera le Renault Master Transport commun de personnes avec une nouvelle motorisation Euro 6 en version quatre roues motrices.

Cinq véhicules étaient exposés :


- Renault Trucks D 4x2 FPT (Fourgon pompe tonne)
- Renault Trucks D 4x4 CCF (Camion-citerne forêt)
- Renault Trucks D 4x4 CCR (Camion-citerne rural)
- Renault Trucks K 6x6 cabine équipage XL (6 places)
- Renault Master 4x4 Transport commun de personnes

Les véhicules de la gamme Fire and rescue de Renault Trucks, allant de 2,8 à 32 tonnes, répondent aux besoins des sapeurs-pompiers, quelle que soit la zone dans laquelle ils doivent intervenir, urbaine ou rurale.

Les Renault Master, Renault Maxity, Renault Trucks cab 2m et 2.1m, avec leur volume intérieur important et leur excellente maniabilité sont utilisés pour des opérations de secours en milieu urbain. En version 4x4, le D 2.1m se déplace en zones rurales ou forestières soutenu, quand cela est nécessaire, par les véhicules des gammes C et K : leurs capacités de franchissement, leur garde au sol élevée et leur motricité exceptionnelle leur permettent d’accéder aux zones les plus difficiles.

Enfin, avec Bodybuilder tool, son service et son portail Internet exclusivement dédiés aux carrossiers, Renault Trucks accompagne ces derniers dans les opérations complexes de paramétrage électronique que nécessitent ces véhicules.

Véhicules et matériels : Nouveaux aménagements de la gamme incendie de Renault Trucks
Véhicules et matériels : Nouveaux aménagements de la gamme incendie de Renault Trucks

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels
Véhicules et matériels :  l'AMX-30 Pluton

-7 octobre 2015 :

 

Pascal BTR me fait remarquer, et il a raison, que le système Hades a bien été déployé en remplacement du Pluton :


Le système HADES a bien été "déployé" au cours de deux  exercices par an de 1991 à 1996.

 

Les lanceurs, mis en oeuvre au sein du 15ème Régiment d'Artilleriede Suippes, étaient d'ailleurs de superbe tracteur RENAULT avec une remorque type "érecteur-lanceur" réalisée par LOHR.

 

Vous trouverez des échanges bien informés sur le forum www.materiel-militaire.com/t794-le-systeme-hades...

Véhicules et matériels :  l'AMX-30 Pluton

Cliquez sur l'image ci-dessous pour plus de lisibilité :

Véhicules et matériels :  l'AMX-30 Pluton

AMX-30 Pluton : l’ultime avertissement lancé au bloc soviétique

 

Dans le concept français de dissuasion, l’emploi de l’arme nucléaire préstratégique constitue l’ultime avertissement. Il indique clairement à l’adversaire que l’affrontement va changer de nature et de dimension, par le recours à l’armement nucléaire stratégique.

 

L’AMX-30 a donné naissance à différentes versions conçues à partir du châssis du 30 tonnes. La première de ces versions  est celle qui emporte le missile nucléaire tactique de 120 km de portée, le Pluton, créé par la Société nationale industrielle aérospatiale. Ce système est pour le gouvernement français l’affirmation de l’indépendance nationale plus en terme de liberté d’action qu’en terme de moyens. Il venait en remplacement du missile Honest John américain déployé en France de 1959 à 1966, mais dont les bombes nucléaires restaient sous contrôle gouvernemental américain. A travers le Pluton, l’armée de terre accède à l’arme nucléaire après l’armée de l’air avec ses Mirage IV et la Marine avec ses sous-marins lanceurs d’engins. Lors de sa mise en service au début des années 1970, le Pluton est l’unique système de missile tactique monté sur châssis chenillé des forces occidentales. Son premier tir d'essai à lieu le 3 juillet 1970…

Le système Pluton est monté sur le châssis du char AMX-30 dans sa version dépannage modifiée. Il dispose d’une grue Griffet à bras dépliable sur le côté droit pour la manutention et l’assemblage du missile de 2,42 tonnes. Ce dernier peut recevoir deux charges nucléaires, l’une de 10 kilotonnes, l’autre de 25.

Sur route, le missile est transporté par camions et installé sur sa rampe de lancement. Munition et cœur d'un côté, vecteur de l'autre étaient acheminés séparément pour des raisons de sécurité sur deux camions GBC8KT châssis long. L'assemblage final se faisait sur le terrain en environ 45 minutes et le tir dans les 10 minutes suivantes (mise en batterie, fourniture des coordonnées de la cible, séquence de tir).

L’engagement des Pluton nécessitait un délai de 15 minutes entre le moment où le système quittait sa position d’attente pour gagner sa position de tir et finaliser sa séquence de tir. Tout ceci à moins de 100 km de la ligne des contacts. C’est pourquoi les Pluton étaient destinés à ne tirer que de nuit.

Le Pluton avait une portée opérationnelle de 17 à 120 km avec un écart circulaire probable de 200 à 400 m suivant la portée et emportait une arme nucléaire AN-51 ayant deux niveaux de puissance possibles 10 ou 25 kilotonnes, l'explosion pouvant être choisie aérienne ou au sol. Le guidage était inertiel donc imbrouillable une fois le missile parti. La trajectoire était semi-balistique, le missile ajustant son vol au moyen de ses gouvernes aérodynamiques après la phase intiale d'accélération par le moteur-fusée. A la portée maximale de 120 km, le temps de vol du Pluton était de 170 secondes avec un apogée de 30 km. Cette relativement courte portée ne permettait pas de frapper au-delà de l'Allemagne de l'Ouest depuis le territoire français, ce qui a conduit au développement ultérieur du missile Hadès, à plus longue portée.

Le véhicule est armé par quatre hommes : un officier de tir, un sous-officier calculateur, un sous-officier missilier et pointeur et un pilote.

La conduite de tir est assurée par un calculateur numérique IRIS 35 M qui traite les informations radio en émission-réception., le chiffrement et le déchiffrement, la détection-correction des erreurs, le stockage et l’exploitation des messages relatifs au tir. Il gère le pupitre de commande et la visualisation des lecteurs de rubans. S’y ajoute un goniomètre associé au calculateur. Le système dispose d’un appareil autonome de navigation terrestre. Le calculateur de bord détermine en permanence sa position en vol.  Les coordonnées de l’objectif ayant été introduites dans le calculateur  avant le départ, celui-ci détermine à chaque instant la trajectoire optimale et donne aux gouvernes aérodynamiques, les ordres de pilotage correspondants. Un système interne de surveillance permet, indépendamment de la chaîne de guidage et de pilotage, de garantir que l’explosion aura lieu dans un volume déterminé autour de l’objectif désigné.

Le missile Pluton est à propergol solide. Il est équipé d’une centrale inertielle qui lui donne une autonomie complète sur sa trajectoire : il ne peut être brouillé en vol.

La station-calculateur est installée sur un châssis de camion GBC 8 KT. Elle possède un calculateur du même type que celui installé dans le véhicule de tir ; elle est destinée à transmettre les ordres de tir.

La station émettrice à grande distance est également installée sur un châssis de GBC 8 KT ; elle est destinée à amplifier jusqu’à 1 000 W la puissance d’émission, ce qui autorise des liaisons à 100 kilomètres.

La station faisceaux hertziens est installée sur un véhicule Marmon ; elle est destinée à déporter de quarante kilomètres les moyens rayonnants des équipes de commandement et de liaison ;
Sur route, le Pluton est transporté sur un porte-char composé d’un tracteur TRH 350 et d’une remorque. En charge, il constitue un ensemble articulé de 55 tonnes.

Un canon de 20 mm, tracté par un TRM 2000, est destiné à assurer la défense antiaérienne rapprochée des sections de transport de la BSTN (Batterie de sécurité et de transport nucléaire) et du poste de commandement régimentaire. Chaque section de tir dispose d’un canon de ce type monté sur VAB.

Quarante système et 24 à missiles à charges nucléaires AN 51 seront commandés. Les premiers AMX-30 Pluton seront livrés à partir du début 1974. Chaque régiment Pluton disposera d’un effectif de 1 000 hommes et 300 véhicules. Chaque unité dispose de trois batteries de tir chacune à 2 AMX-30 Pluton.

Cinq régiments de l'est et du nord de la France furent équipés de 1974 à 1978 de huit lanceurs Pluton chacun (6 opérationnels répartis de 3 batteries de tir plus 2 lanceurs de réserve)

Les Pluton seront retirés du service en 1991 sur décision du Président François Mitterrand, à cause des changements géopolitiques en Europe et de l'opposition allemande après la réunification (le missile était destiné à frapper sur le territoire est-allemand les forces du Pacte de Varsovie avant que celles-ci n'atteignent la frontière française). Ils seront remplacés par le missile Hades de 500 km de portée, dont le projet est lancé en 1984. Le lanceur Hades est constitué d’un véhicule banalisé de type semi-remorque qui permet d’assurer à la fois le transport, le chargement, la mise en œuvre et le tir du missile. Il se compose d’un tracteur 6x4, version militaire du R 380-2 de RVI et d’une semi-remorque.  Celle-ci comprend une cabine de tir, un groupe de puissance et de climatisation, un équipement de mise en œuvre des missiles et de deux missiles dans leur lanceur. Les premières plates-formes entrèrent en service en 1992 dans le 15e régiment d'artillerie, comme ressource ultime en cas de menace sérieuse, et stockées à Lunéville mais le missile Hades ne sera jamais déployé. Mis sous cocon par décision de François Mitterrand, il sera finalement démantelé en 1996. A la suite de l'élection de J. Chirac, la France fit évoluer son système de dissuasion nucléaire à quatre composantes (missiles stratégiques SSBS lancés des silos du plateau d'Albion, missiles sol-sol mobiles pré-stratégiques Hadès, missiles aérobies lancés d'avions et missiles stratégiques MSBS lancés de sous-marins) vers un système à deux composantes basé sur les MSBS des sous-marins et les missiles aérobies des Forces aériennes stratégiques (FAS) et de l'aéronavale.

Les missiles Hadès furent les dernières armes nucléaires employés par l'armée de terre française et sont démantelés (le dernier le 23 juin 1997) de même que les missiles balistiques S3 et leurs installations du plateau d'Albion.

Véhicules et matériels :  l'AMX-30 Pluton

Caractéristiques :
Poids en ordre de combat : 40 tonnes
Longueur : 7,60 m
Largeur : 3,10 m
Hauteur : 3,70 m
Moteur : HS 110 polycarburant de 720 cv
Vitesse : 65 km/h
Autonomie : 550 km
Equipage : 4 hommes
Armement : 1 missile à charge nucléaire de 1à ou 25 kilotonnes d’une portée maximale de 120 km.

Sources :

Chars et Véhicules militaires (hachette-Collections)
Engins blindés français de Stéphane Ferrard (EPA)
Les véhicules blindés français de 1945 à 1977 de Pierre Touzin (EPA)
Encyclopédie de l’armée de terre (hachette)
Wikipédia

Voir les commentaires

Publié le par ChL
Publié dans : #Véhicules&Matériels
Véhicules et matériels : le PVP de Panhard

C’est au cours de trois engagements récents que le PVP a démontré sa résistance balistique et a sauvé ses équipages :


• 2 mars 2015 : au cours de l’opération Barkhane, une explosion de mine au passage du véhicule ne fait aucun blessé.

 

• 5 mars 2015 : au cours de l’opération Barkhane, une explosion de mine a au passage du PVP blesse très légèrement un de ses occupants. Aucune évacuation n’est nécessaire.

 

• 25 juin 2015 : au cours d’une mission du Grupo de Operaciones Policiales Especiales (GOPE) de la Police nationale chilienne, le PVP est pris en embuscade pendant 30 minutes. 47 impacts de 7,65 mm sont relevés sur le véhicule.

 

Le PVP est un véhicule blindé léger de commandement et de liaison de 5,5 tonnes produit par Panhard Général Defense. Son petit gabarit et son châssis militaire 4x4 lui procurent une excellente mobilité urbaine et tout chemin. Grâce à une technologie de blindages composites à grande efficacité massique sa caisse blindée constitue ce qui se fait de mieux dans ce tonnage en termes de protection balistique et mines.

 

Polyvalent, le PVP est également un excellent véhicule de sécurité intérieure (PVP Maintien de l’Ordre) ou de transport de troupes léger (PVP APC). Plus de 1 200 PVP sont en service dans l’armée française ainsi que dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Sud et d’Afrique.

 

La protection des équipages :

 

Les équipes de développement ont mis dès le début du projet l’accent sur la protection des équipages, en axant cette priorité autour de 3 éléments :

 

- le châssis est le fruit de la longue expérience de Panhard en matière de véhicule blindé de faible tonnage. Il procède d’un montage spécifique châssis-ponts dessiné par Panhard, fabriqué dans son usine de Saint-Germain-Laval, avec des robots de soudure garantissant une excellente qualité de fabrication.

 

- Le blindage multi-couches combine des matériaux métalliques et non métalliques rapportés sur une caisse de base.

 

- la protection anti-mines est assurée par un kit destiné à augmenter la protection de l’équipage et qui intègre entre autres éléments un double plancher et des sièges suspendus permettant une protection optimale des équipages.

 

En option, le PVP peut recevoir un dispositif de protection statistique anti RPG.

 

Ces différents éléments permettent au PVP de jouir d’une protection balistique de niveau 2 OTAN et d’une protection contre les mines et IED de niveau 2a OTAN, exceptionnelle dans cette catégorie de véhicules blindés.

 

Véhicules et matériels : le PVP de Panhard

 

-13 février 2009 :


 

 

Description générale

C'est un véhicule 4x4 avec un châssis en échelle, surmonté d'une cellule blindée qui assure la protection du personnel et des matériels transportés (niveau 2) et des organes du moteur (niveau 1).
Il est équipé d'une circulaire avec un support pour recevoir une mitrailleuse de 7,62 mm. La transmission est assurée par une boîte de vitesses automatique à 4 rapports en marche avant et 1 rapport en marche arrière.
Il dispose d'une boîte de transfert avec deux gammes de rapports "haute" et "basse".
Elle permet d'enclencher le pont avant.
Le pont arrière est doté d'un blocage de différentiel à commande électrique.
Le triangle avant permet au pont de ne pas se déformer et de rester dans l'axe du véhicule en utilisation tout-terrain.
Sa forme courbe autorise un grand débattement de suspension.
Cette dernière est à ressort hélicoïdal, ce qui lui permet d'avoir un roue en l'air (60 cm de hauteur) et 3 roues au sol simultanément. Il est équipé d'une direction assistée, de l'ABS, de la climatisation et d'un treuil.
Le petit véhicule protégé (PVP) comprend 2 versions de base :

-Dans sa version rang, le petit véhicule protégé (PVP) peut armer les unités de soutien et d'appui ou être utilisé comme véhicule de liaison dans les forces de contact.
Son armement principal est constitué d'une arme collective (mitrailleuse 7.62 mm ou AT4CS).

-Dans sa version commandement, le petit véhicule protégé (PVP) accueille et intègre les moyens de commandement du niveau groupe au niveau unité élémentaire ainsi que les moyens participant à la constitution d'un PC léger d'un groupement interarmes à dominante d'infanterie.

Les deux versions peuvent bénéficier d'aménagements particuliers pour transporter un système antichar, des équipements de "guerre électronique" ou des équipements spécifiques d'artillerie.

Son équipage est constitué de 3 à 4 personnes selon l'emploi.

LE PVP est d'ores et déjà en OPEX avec la Gendarmerie française en Géorgie.


Caractéristiques numériques

Poids total autorisé en charge (PATC) : 5,3 t
Longueur : 4,18 m
Largeur : 1,97 m
Garde au sol : 312 mm
Vitesse maximale : 100 km/h, limitée électroniquement et 90 km/h par le code de la route
Rampe : 100 %
Dévers : 30 %
Marche : 350 mm
Autonomie : 750 km
Motorisation : 4 cylindres en ligne, 2,8 litres de cylindrée
Puissance : 160 cv


Vidéo : Présentation du Petit Véhicule Protégé (PVP)


Source et photo : www.defense.gouv.fr


Pour en savoir plus : www.panhard.fr

 

 

 

 

 

Véhicules et matériels : le PVP de Panhard

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels
Véhicules et matériels : l'Oshkosh L-ATV va remplacer le Humvee

Le remplacement des véhicules tactiques Humvee (High mobility multipurpose wheeled vehicle) de l’US Army et de l’US Marine Corps est sur les rails depuis 2006, avec le lancement du programme JLTV (Joint Light Tactical Vehicle).

Tout d’abord, le Pentagone a financé des études amont puis a ensuite sélectionné, en 2012, trois prototypes présentés par Lockheed-Martin, AM General (le constructeur du Humvee) et Oshkosh, connu pour ses véhicules MRAP, des blindés hautement protégés contre les engins explosifs improvisés et les mines.

Trois ans plus tard, et à l’issue de ce processus de sélection, le Pentagone a finalement choisi le L-ATV ( Light Combat Tactical All-Terrain Vehicle) d’Oshkosh, avec à la clé un contrat initial de 6,7 milliards de dollars pour 17.000 véhicules. La production commencera au premier trimestre 2016.

Une seconde tranche sera commandée en 2018. Au total, et d’ici 2040, l’US Army prévoit d’acquérir un plus de 49.000 JLTV tandis que les besoins de l’US Marines Corps est de 5.500 véhicules. Ce marché est estimé, selon la presse américaine, à environ 30 milliards de dollars.

Les raisons qui ont poussé le Pentagone à choisir le L-ATV d’Oshkosh n’ont pas été précisées. Mais l’on sait que les responsables de l’US Army voulaient un véhicule relativement peu coûteux (270.000 dollars l’unité), aérotransportable et doté d’une grande mobilité tout en assurant un haut niveau de protection.

D’une masse à vide de 6.400 kg, le L-ATV est équipé du système, dit intelligent, de suspension indépendante TAK-4i et d’un moteur GM Duramax V8 qui lui permet de rouler à 70 km/h sur route. Héliportable par un CH-47 Chinook ou un CH-53, il est possible de lui ajouter une tourelle téléopérée pouvant être armée par une mitrailleuse de 7,62 ou de 12,7 mm.

Cependant, il n’est pas exclu qu’il y ait un recours des concurrents déçus d’Oshkosh. « Nous sommes déçus de la décision du gouvernement et continuons de croire que notre véhicule BRV-O reste le bon choix pour le programme JLTV », a déclaré un porte-parole d’AM General.

« Notre BRV-O offre des fonctions de survie de classe mondiale aux soldats et Marines, tout en offrant une charge utile et des performances inégalées », a-t-il plaidé. « En ce moment, nous examinons la décision du gouvernement ainsi que toutes les options disponibles », a ajouté le porte-parole.

 

Source : http://www.opex360.com/2015/08/26/le-pentagone-choisi-le-l-tav-doshkosh-pour-remplacer-le-humvee/

Voir les commentaires

Publié le par Milinfo
Publié dans : #Véhicules&Matériels

 

-31 août  2015 :

 

En 2012, pour faire face -entre autre- au vieillisement accéléré des VTLR, l'armée de terre a passé commande de Renault Premium Lander 380-26dXi, équipés d'un système de manutention mixte permettant le chargement/déchargement de conteneurs KC20 sans plateau ou de plateaux déposables.

L'équipement de manutention est fourni par Palfinger. Une remorque de fabrication Doll complète l'ensemble.

 

Véhicules et matériels : Renault Premium Lander 380-26DXI avec bras de manutention
Véhicules et matériels : Renault Premium Lander 380-26DXI avec bras de manutention
Véhicules et matériels : Renault Premium Lander 380-26DXI avec bras de manutention
Véhicules et matériels : Renault Premium Lander 380-26DXI avec bras de manutention

Merci à Pascal BTR pour les photos ci-dessus.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Sur le fil!

Véhicules et matériels : le Véhicule de Protection et de Signalisation (VPS) de la BSPP

 

>La longue route de Milinfo...

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers...

 

Après une première mue intervenue en début d'année et imposée par notre hébergeur, Milinfo prend de nouvelles couleurs et évoluera encore progressivement pour trouver un nouveau rythme de croisière.

 

Merci aux milinfistes qui ont permis à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions, alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo, bons achats et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

ChL

Offre de souscription : Berliet Lorraine Blindé au 1:43  (épisode 3)

 

Ward LaFrance M1A1 serie 5 au 1/48 (Master Fighter)

 

ERC-90 Sagaie au 1/72 (Model-Miniature)

 

Catégories

Milinfo-Focus

 

Souscription terminée : Citroën P15N Kegresse au 1/43 &quot;Spécial 20 ans de Milinfo&quot;

Milinfo-Focus n° 55 : l'AMX-13 et le Renault R35/39  de chez Master Fighter

Milinfo-Focus n°54 : l'AMD-178 de chez master Fighter et la peugeot P4 de chez Ixo

Milinfo-Focus n° 53 : L'Alouette III et TRM 2000 LAMA Gendarmerie au 1:43 (Perfex)

Milinfo-Focus HS n° 4 : offre de souscription &quot;Citroën P15N Kegresse au 1/43&quot;

Milinfo-Focus HS n° 3 : ACMAT vu M.A.I. (1ère partie)

Milinfo-Focus n° 52 : le Berliet GBu 15 au 1/43 de chez Direkt-Collections

Milinfo-Focus n° 51 : le Citroën DOM (Direkt-Collections) et le Renault Master PC transmission (Perfex)

Milinfo-Focus n° 50 : le Citroën U55 au 1/43 et la Matra-Simca Rancho au 1:18

Milinfo-Focus n° 49 : Renault-Heuliez Galion gendarmerie, Citroën DS 21 break Gendarmerie, VLRA 4x4 au 1/43...

Milinfo-Focus n° 48 : Renault Mégane berline gendarmerie Norev et sélection librairie

Milinfo-Focus n° 47 - Spécial Gendarmerie

Milinfo-Focus n° 46 : le CARAPACE au 1:48 (Master Fighter)

Milinfo-Focus n° 45 : le TRA TOE ng au 1/48 (Master Fighter)

Milinfo-Focus n° 44 : le VMA 38 et le Simca Cargo au 1:43 (Direkt)

Milinfo-Focus n° 43 : le Berliet GPE 4 et l'AMX-30 AuF1 au 1/48

Milinfo-Focus n° 42 : le VAB Ultima génie au 1/48 (Master Fighter)

Milinfo-Focus n° 41 : Matra Djet 5S et Renault Mascott Gendarmerie

Milinfo-Focus n° 40 : AMX-30 EBD au 1/48 et GBC 8 KT au 1/43

Milinfo-Focus n° 39 : le Renault M180 VTD, la Renault 4L et la Peugeot 16S Gendarmerie

Milinfo-Focus n° 38 : l'AMX-30 EBG au 1/48

Renault Midlum CCFS 6000, CCFM 4000 et Kerax CCGC 14500 des formations militaires de la Sécurité Civile (Eligor)

Milinfo-Focus n° 36 : Collection Direkt-Collections et Renault R2087 sanitaire

Milnfo-Focus n° 35 : l'AMX-30 B2 au 1:48 de chez Master Fighter

Milinfo-Focus n° 34 : le Renault CBH 385 dépanneur lourd de la Gendarmerie

Minfo-Focus n° 33 : le Sherpa Light Carrier avec remorque-station Syracuse III

Milinfo-Focus n° 32 : l'AMX-30 Pluton au 1:48 de chez Master Fighter

Milinfo-Focus n°31 : la Jeep Hotchkiss M 201 (Altaya/Ixo)

Milinfo-Focus n°30 : le VAX 4x4 VENUS au 1/48 (Master Fighter)

 

Renault R2087 au 1/43 (Direkt Collection)

 

Véhicules et matériels : le GMC CCKW 353 dans l'armée française

Véhicules et matériels : le Berliet GBC 8 KT

Véhicules et matériels : le TRM 10 000

 

Claude Casotte (MMT) sur son stand lors de la dernière expo au Musée des blindés de Saumur

 

Hébergé par Overblog