Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Milinfo
Publié dans : #Collectors militaires, #Les miniatures militaires

 

-26 octobre 2020 (maj 18/11/20) :

 

Les miniatures militaires France Jouets

(par Thomas Seignon)

 

 

1/ Un peu d’histoire


L’entreprise France Jouets Mécaniques nait en 1946 de l’association de deux hommes : Jean-Marie Moheng et Henri Fauvel.

 

L’atelier et les quelques ouvriers de la société sont installés au 26 de la rue A.Dumas, dans le 8ème arrondissement de Marseille.

 

Après des débuts modestes, travaillant avec des matériaux recyclés dans la France de l’après-guerre, l’entreprise va se développer au début des années 50s. Cela se traduit en 1952 par une association avec un autre producteur de jouet, Armand Walther et une diversification du catalogue.

 

En 1956 l’entreprise est en pleine expansion et déménage dans le 10ème arrondissement, au 278 avenue de la Capelette. C’est sur ce site que sont produits la série de véhicules militaires qui nous intéressent.

 

Début 1960, France Jouets Mécaniques devient S.A. France Jouets et est à l’apogée de sa renommée. Elle produit des jouets de toutes sortes du flipper aux circuits routiers, de la voiture miniature aux jeux de cubes en bois, du fusil à fléchette au garages en tôle, etc.

 

Or, faire effort partout revient souvent à faire effort nulle part et cette diversification excessive est sans doute l’une des raisons des difficultés de la société qui commencent à se faire jour à la fin des années 60s.

 

Après une série de déconvenues financières France Jouets met la clé sous la porte en 1972.

 

Certaines de ses miniatures seront reprises par Safir-Champion jusqu’en 1978, en particulier pour ce qui nous concerne,  la jeep et le Dodge 6X6.  

 

    

 

2/ Le point de vue d’un collectionneur


Les miniatures militaires de France Jouets sont vraiment représentatives d’une époque.

 

Leur intérêt repose en partie sur une forme de nostalgie ; celle des magasins de jouets dont les vitrines faisaient briller les yeux des enfants. Les reproductions sont simplistes et souvent irréalistes mais toujours propices à développer l’imaginaire.

 

Pensez qu’avec une même base, qu’il s’agisse de la jeep, du Dodge  ou du GMC, FJ nous offre de multiples capacités de manoeuvre : lance fusées, mitrailleuses, radar, projecteur de DCA, transport de troupes ou de matériel (et s’inspire, pour ne pas dire autre chose des modèles du Danois Tekno).

 

Si on ajoute à cela un missile balistique et un canon atomique, les petits soldats du camp d’en face n’ont plus qu’à bien se tenir !

 

Certes les modèles manquent un peu de standardisation, et pas seulement en matière d’échelle : on trouve des roues et des pneus de plusieurs types, il peut y avoir des teintes différentes (vert armée mat et sable pour les Dodge – vert armée mat, vert olive satiné et sable pour les GMC) ainsi que des variantes pour certains accessoires, comme les fusées portées par les Dodge ou les GMC.

 

A ma connaissance, il existe jusqu’à trois types de boîtages différents et si le système de référencement est visible sur un seul type de boîtage, il ne l’est pas sur les véhicules.

 

Quoi qu’il en soit, un des signes qui ne trompe pas quant à l’intérêt porté par les collectionneurs à cette marque, c’est le nombre de pièces qui sont reproduites aujourd’hui par des artisans passionnés.

 

À partir d’une caisse nue, il est presque possible de refaire  un modèle complet… comme neuf !

 

On voit bien les avantages (remise à hauteur d’un modèles auquel il manque une pièce ou un pneu)… et les inconvénients (tromperie sur la marchandise, surtout avec une bonne copie de boîte !).   

 

 

3/ La série militaire


Elle s’articule autour de quatre véhicules : l’incontournable jeep (et pourtant le modèle le moins réussi de mon point de vue !), le non moins incontournable GMC dans sa version cabine tôlée et châssis long (CCKW 353), le tout aussi incontournable Dodge dans sa version 6X6 (WC 62, sans treuil) et l’impressionnant camion M26 (cabine blindée).

 

Notons qu’il existe aussi une version sur affût fixe du canon atomique tracté par le M 26 et que des remorques destinées en priorité au GMC  ont également été produites (il s’agit en fait du plateau arrière du GMC sur le quel FJ a intégré deux essieux et ajouté un crochet!).

 

Enfin, et destinés en priorité à la jeep, FJ a également produit un groupe électrogène, une remorque 1/4 de t. et un canon antichar (qui affiche une vague ressemblance avec le canon de 25mm Hotchkiss).

 

Au bilan, des modèles dont le charme repose essentiellement sur le sens qu’ils donnent au mot « jouet » tel qu’on l’entendait dans les années 60s.

 

 

Miniatures militaires France Jouets

L'état des forces...


-Le tracteur Pacific M26 est proposé en version grue de manutention, version également déclinée sous une forme civile (comme l’indique le dessin de la boîte).

Ces deux modèles illustrent les quelques différences de détails qui peuvent exister pour un même véhicule (position des décalques, teinte des phares…).

En dépit de l’inscription « Génie militaire » sur la cabine, une telle configuration ne s’appuie évidemment sur aucune réalité militaire... et probablement pas civile non plus !    

 

 

-La grue est orientable et fonctionnelle et FJ l’implante sur d’autres modèles de sa gamme civile.

La roue de secours, placée sur le toit de la cabine, permet de faire jouer la direction.

C’est habile, bien que totalement irréaliste...

Imaginez le déplacement de cette roue à partir du toit compte tenu de sa taille et de son poids ! 

Sur ce type de camion, l’absence de vitre latérale n’est pas grave puisque dans la réalité seul le pare brise avant en était équipé.

 

 

-L’ensemble M 26 + canon atomique est sans doute l’un des modèles les plus emblématiques de la marque.

Le M 26 retrouve son rôle de tracteur pour lequel il a été conçu.

Le jumelage de mitrailleuses derrière la cabine correspond à l’illustration de la boîte.

Est-il besoin de préciser que ce type de montage relève de l’imagination ?!

Trois obus en plastique sont fournis avec le modèle.

A noter le papier d’emballage propre à la marque FJ.

 

 

-Grâce à un ingénieux système de roue dentée, le canon coulisse en position de tir puis s’élève en site.

Si quelques canons dotés d’une capacité de tir d’obus atomiques ont bien été mis en service par les USA dans les années 50s, leur configuration étaient très différente.

Peu importe ces « détails » puisque le canon atomique de FJ tire... et il tire loin !

A ce stade, précisons qu’il existe aussi le même canon atomique placé sur un affût fixe, assez complexe et imposant, qui permet le mouvement du tube en site et en azimut.

 

 

-L’autre modèle emblématique  est le « convoi lanceur de fusée spatiale »  (Ref 203).

Le fait que la tête de la fusée soit dotée d’un système de percussion à amorce m’incite à penser qu’il s’agit plus d’un missile balistique que d’une fusée spatiale.

Conformément à l’illustration de la boîte, c’est une antenne radar qui es accolée à la cabine du M 26, sans doute pour suivre la trajectoire de la fusée !

 

 

-La couleur bleue métallique de l’ensemble est assez seyante et laisse à penser qu’il s’agit d’un véhicule appartenant à l’armée de l’air.

Une manivelle permet d’élever la fusée en position de tir. La compression du ressort inclus sur le berceau permet de préparer la fusée au tir.

Le relâchement d’un arrêtoir permet le tir... et la fusée, elle aussi, va loin !

L’un des catalogues FJ présente ce « convoi lanceur de fusée spatiale » avec un projecteur (qui serait fonctionnel) à la place du radar ; j’avoue ne pas savoir si ce modèle a effectivement été produit !  

 

 

-Avant d’entrer dans le détail de la série des Dodge, il importe de préciser quelques éléments spécifiques qui permettent de mieux cerner les caractéristiques qui lui sont propres.

Tout d’abord les boîtages qui, dans le temps, vont prendre trois formes :  on commence par une boîte en carton plein avec un dessin précis du modèle.

Vient ensuite la boîte en carton fort avec une fenêtre qui permet de visualiser le modèle.

Enfin une boîte en plastique transparent avec laquelle est normalement fournie une pièce métallique triangulaire qui permet de la fixer au mur.  

 

 

-Illustration d’un ensemble comprenant six modèles différents en boîtage type carton fort avec fenêtre destiné à la vente aux professionnels.

Une fois en magasin, les modèles étaient vendus séparément.

 

 

-Sur ces Dodge on distingue deux modèles de pneus et deux modèles de roues.

Qui plus est, ces roues peuvent être peintes ou non  en vert armée.

Non visible ici, des roues en plastique auraient également été mises en place, dans les dernières années de production (?).

Enfin il semble que la série des  Dodge aurait également été produite avec une teinte jaune sable (je reste au conditionnel, car je n’en ai jamais vu!).   

 

 

-Le Dodge qualifié de « normal » par FJ constitue la version de base (Ref M    ).

C’est un WC 62 débâché dans lequel on trouve un pilote, un chef de bord et, d’après la boîte, deux hommes en caisse.

Les personnages sont en plastique souple et viennent se ficher par les pieds dans des trous prévus à cet effet.

L’ensemble est reproduit à une échelle donnée pour du 1/55.

 

 

-Le même Dodge devient « transport » de troupe lorsque un groupe de combat de dix hommes est embarqué dans la caisse (Ref  M    ).

Cette capacité d’emport de 12 hommes correspond en effet au volume maximum prévu pour un vrai Dodge 6X6.

Le par brise rabattable est propre à l’ensemble des versions proposées par FJ.

 

 

-Comme son nom l’indique, la version « bâchée » est caractérisée par la présence d’une bâche (Ref M    ). Il est typique d’une des difficultés de suivi de cette collection, car si vous lui enlevez sa bâche il se transforme en Dodge « normal », ou presque (manque les deux soldats en caisse)….Qui lui même se transforme en Doge « transport de troupe » si vous lui ajoutez 8 soldats dans la caisse !

 

-Le Dodge « mitrailleuses » dispose lui d’un affût spécifique planté au milieu de la caisse (Ref M   ).

A vrai dire, à cette échelle, les mitrailleuses ressemblent plus à un jumelage de canons de 40mm Bofors qu’à des mitrailleuses !

Le châssis d’un Dodge ne résisterait même pas aux contraintes liées au tir d’un seul tube d’un tel calibre !

 

 

-Le même affût est utilisé pour y placer un radar, créant ainsi un Dodge « radar » (Ref M    ).

Le radar est évidemment le même que celui du M 26 lanceur de « fusée spatiale ».

A noter que si les pare chocs des Dodge semblent avoir tous été peints en blanc, la touche de jaune sur les phares avants n’est pas systématique.

 

 

-La version « lance roquettes » se compose de six tubes creux de fort calibre monté sur le même affût standardisé.

Comme pour toutes les versions, la caisse comporte les dix trous destinés à recevoir les soldats de type « transport de troupe ».

L’une des préoccupations de FJ est bien d’atteindre un niveau élevé de standardisation de ses pièces.

Là encore l’interchangeabilité des versions est au coeur de la démarche...

 

 

-Une version « projecteur » existe également  et constitue une illustration supplémentaire de cette logique d’interchangeabilité de la part de FJ.

Sans doute faut-il y voir également une forme d’incitation à la collection…

Comment engager le combat sur le tapis du salon si on ne dispose pas de l’ensemble des moyens ?!

 


 
-En mode lance fusée (non fonctionnel, si ce n’est en site et en azimut), le Dodge hérite d’une sorte de missile dont il est vraiment difficile de tracer l’origine.

Trois types de missiles ont été produits par FJ.

La différence se situe dans la partie avant du missile à travers une variation de la gravure et des ailerons.

Il s’agit ici de la version américaine dont on distingue la gravure USAF.  

 

 

En pleine guerre froide, FJ n’hésite pas à nous proposer une version soviétique du missile, gravée CCCP !

Faute de réalisme, cela a au moins le mérite de l’originalité.

Précisons que sur les trois types de missiles, les deux éléments en plastique transparent (la tête et le joint central) ont également été produits en plastique rouge.

Chronologiquement, ces version « porte fusée » sont les derniers modèles parus.

 

 

A noter qu’il existe un troisième modèle de fusée, celui de l’armée de l’air française. Il se différencie également par sa partie avant et sa gravure spécifique...


Enfin, le catalogue présente aussi une version « ambulance », du Dodge, bâchée et peinte totalement en blanc. Un autocollant « ambulance » est apposé de part et d’autre de la bâche. 

 

-Ensemble de Dodge FJ (manquent ici le Dodge « normal », le porte fusée français et le Dodge « ambulance »)

 

 

-Passons maintenant aux GMC et précisons là aussi quelques caractéristiques propres à ces modèles en commençant par les teintes : si le vert armée mat est la plus courante on observe aussi du vert olive satiné et du jaune sable.

Il semble que seule la première version se démarque par son pare choc peint en blanc et par des roues qui peuvent également reprendre la teinte de la caisse.

Par ailleurs, les deux dernières teintes identifient des modèles de fin de production. 

 

 

Comme pour le Dodge, on distingue trois type de boîtages principaux : un boîtage en carton plein qui comporte de multiples illustrations schématiques des variantes du GMC.

Sur le côté de cette boîte un emplacement est prévu qui indique au tampon encreur la version particulière du modèle.

Les deux autres boîtes sont semblables à celles déjà vues pour le Dodge.

 

 

Une deuxième source de différenciation se situe au niveau de la cabine avec ou sans affût pour mitrailleuse de 12,7mm et son tireur (extra plat !).

A l’exception naturellement de la version « ambulance », cet affût pourrait se trouver sur toutes les autre déclinaisons du GMC. (là encore, je reste au conditionnel !).

 

 

Certains accessoires peuvent aussi présenter des différences de détail, comme ici le radar.

La remarque est également valable pour le projecteur (et on peut logiquement penser qu’elle s’applique aux autres porteurs que sont le Dodge et la jeep !). 

Reconnaissons que ce type de détail, ajouté aux éléments précédents, reste sans importance lorsqu’il s’agit de faire la guerre sur le tapis du salon, mais rend la démarche du collectionneur assez proche du casse-tête !

 

 

Cette version « ambulance » totalement blanche n’est pas intégrée à la série militaire dans le catalogue, tandis que le Dodge dans cette même version y figure.

Je considère qu’il a toute sa place ici, d’autant qu’il est identique à la version « bâchée », à l’exception de la peinture et des autocollants spécifiques.

 

 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le GMC est décliné à l’identique du Dodge  avec ici la version « transport de troupes ».

Les personnages en plastiques souples sont rigoureusement les mêmes.

Seul le servant de la 12,7mm est métallique et est manifestement resté coincé entre deux portes !

 

 

-On retrouve sans surprise la version dites « mitrailleuses » doté de l’improbable jumelage d’un calibre visiblement supérieur à celui d’une mitrailleuses (à partir de 20mm, on parle de canons).

A noter la gravure de la marque FJ sur la porte de la cabine.

Elle est présente sur toute la série des GMC .

 

 

-Le modèle « radar » est présenté ici dans sa version avec mitrailleuse de cabine.

Cet élément est assez fragile et il n’est pas rare de le voir plus ou moins atrophié sur des modèles proposés aujourd’hui à la vente.

FJ a poussé le souci du détail jusqu’à représenter la poignée de transport du canon de la 12,7, rendant cette partie du modèle encore un peu plus sensible à la casse !

 

 

-Logiquement le version « lance fusées » fait aussi partie de la série.

A noter la forme de la caisse utilisée pour toutes les versions de GMC porteur de « systèmes ».

Cette caisse est intégralement reprise pour servir de base aux remorques qui sont destinées à porter les mêmes « systèmes ».

 

 

-Il ne manquait plus que le « projecteur » pour compléter la série des porteurs.

Cette quadrilogie « projecteur-radar-lance fusées-bitube de DCA a été partagée au même moment et dans des formes très similaires, pour ne pas dire identiques, par plusieurs autres fabricants de jouets européens.

J’avoue ne pas savoir qui à « tiré le premier » et comment les notions de propriété ont été gérées entre ces différents fabricants à l’époque !

 

 

-On retrouve un peu d’originalité avec la version « atelier » du GMC dont la caisse spécifique dispose de volets mobiles.

A vrai dire, un modèle identique a également été décliné en version civile.

C’est peut-être le modèle le plus sympathique de la série, sachant que l’on a oublié depuis longtemps toute notion de réalisme.

 

 

-Le porte fusée est l’exact pendant du Dodge.

On retrouve donc les trois versions possibles de la fusée, avec ici le modèle américain.

La tête et la pièce de raccordement centrale sont ici rouge vif, ce qui cré une option de plus, puisque ces deux pièces existent également en plastique translucide, comme nous l’avons vu sur les Dodge.

 

 

Sont absents le GMC bâché, le GMC « dépannage » (caisse spécifique avec un palan type GMC lot 7) et les versions française et soviétique du porte fusée.

 

-J’ai associé les remorques au GMC, ne serait-ce que parce que ces deux modèles partagent un maximum de pièces.

En fait ces remorques ne sont qu’une caisse de GMC montée sur deux essieux !

Ici, en version jaune sable, le bitube « mitrailleuses ».

Un crochet permet de les atteler facilement aux GMC.

 

 

-La remorque radar est ici en vert armée.

A priori, les remorques ne comportent que le personnage opérateur du « système ».

Néanmoins, la présence des trois trous à l’avant de la caisse confirme qu’il s’agit bien du même moule que celle du GMC.

En effet, pour le GMC, ce type de caisse est systématiquement garnie de trois personnages.

 

 

Manquent les remorques « lance fusée » et « projecteur ».

 

-Ensemble de GMC FJ ( manquent le « bâché », le « dépannage » et les deux versions URSS et France du porte fusée.

 

 

-Nous arrivons maintenant au dernier sujet de notre étude, et non des moindres, puisqu’il s’agit de la jeep.

Les boîtages en carton plein laissent un emplacement sur les côtés afin d’y indiquer par tampon encreur la version contenue dans la boîte.

Malheureusement, avec le temps, cette indication à tendance à disparaître !

 

 

-Pour les jeep on distingue deux types de boîtages principaux : initialement, un boîtage en carton plein avec une illustration des différents modèles possibles, dans l’esprit d’un des boîtages utilisé pour les GMC.

Un boîtage similaire, mais logiquement plus long, est utilisée pour les versions proposées avec un des trois éléments tractés (remorque-canon-groupe électrogène).

Ultérieurement, un boîtage en plastique transparent, également utilisé pour les Dodge et les GMC.

 

 

-La jeep n’échappe pas à la règle des variantes.

Tout d’abord et comme c’est indiqué dans le catalogue, la jeep est produite avec ou sans conducteur.

Il existe donc des modèles avec et sans le trou dans le châssis destiné à recevoir un personnage.

Ensuite, comme pour les Dodge ou les GMC, les roues peuvent être ou non peintes en vert.

Enfin, avec l’apparition de la jeep bâchée, le moule a subi une modification qui permet la fixation des arceaux de la bâche.

Cette modification peut apparaître ou non sur toutes les autre versions.

 

 

-La version bâchée hérite d’une capote vert pomme du plus bel effet !

Avec cette jeep FJ n’est plus au 1/55ème et se rapproche du 1/40ème.

Sur ce modèle les proportions générales sont correctes, sans plus.

Néanmoins, la face avant si caractéristique de la jeep, est franchement ratée !

 

 

-La version débâchée révèle un moule simplifié, en particulier dans le domaine de l’agencement intérieur.

A ce niveau d’échelle ce type de « détail » apparaît d’autant mieux !

Notons au passage que la cocarde tricolore de capot et le pare choc peint en blanc sont des caractéristiques récurrentes sur les jeep FJ.

 


-On retrouve sans surprise la déclinaison sur la jeep des différents « systèmes » déjà vus sur le Dodge et le GMC.

A noter toutefois que pour la jeep et conformément au catalogue, l’emplacement de la pièce supportant le siège d’un opérateur est prévu mais pas utilisé.

Cette remarque est valable pour cette version DCA comme pour les versions radar, projecteur et LRM.  

 

 

-La même remarque s’applique donc à la jeep radar.

Ce type de caractéristique prend toute son importance lorsqu’on connaît le marché assez développé des pièces détachées FJ reproduites à l’identique.

Un radar avec siège et opérateur peut parfaitement s’adapter sur une jeep (de même qu’un radar sans siège peut s’adapter sur un Doge ou un GMC!) et donner un modèle très propre... mais pas « authentique ».

 

 

-Le projecteur fait partie intégrante de la série.

Quand on connaît la capacité d’emport d’une jeep et la puissance de sa batterie, je n’ose pas imaginer l’installation d’un tel équipement… sans parler de l’allumer !

 

 

-Je suis plus convaincu par le montage d’un lance roquette multiple car des prototypes ont été testés (et engagés sur le terrain) par l’armée américaine à la fin de la seconde guerre mondiale.

Certes, l’affût et le calibre étaient très différents, mais le principe est bien là !

 

 

-Avec la jeep débâchée, FJ propose trois types de matériel à tracter.

Le plus classique est la remorque 1/4 de tonne, conçue dès l’origine pour la jeep et produite en majorité par Willys.

La reproduction qu’en fait FJ est meilleure que celle de la jeep !

 

 

-Un groupe électrogène fait partie des propositions faites par FJ pour venir s’accrocher à la jeep.

C’est une bonne idée, quoiqu’il soit difficile de rapprocher ce groupe avec un modèle effectivement utilisé par les armées.

Par ailleurs, la puissance des groupes militaires se traduit par un volume rarement compatible des capacités de traction d’une jeep.

 

 

-En revanche la traction d’un canon AC léger (en l’occurrence le 37mm US) est une des missions que pouvait remplir une jeep.

Dans un élan de patriotisme, FJ nous propose quelque chose qui ressemble plus au canon AC Hotchkiss de 25mm modèle 1934 qu’au canon de 37mm américain.

Encore faut il faire un effort d’imagination, surtout dans cette version dotée des roues... du M 26 !

 

 

-FJ propose également ces trois matériels regroupés dans une même boîte.

Celle ci est similaire à celle utilisées pour les « jeep avec remorque ».

On pouvait ainsi accrocher, par exemple, le groupe électrogène à la jeep projecteur...  

 

 

-Il existe deux variantes du canon antichar : avec des roues « normales » et avec les roues surdimensionnées du M 26.

J’avoue avoir du mal à comprendre les raisons d’un tel choix.

Peut-être s’agit-il simplement d’une question de gestion de stocks !?

 

 

Deux choses pour conclure :


-Les accessoires de la collection militaire de FJ s’inspirent très largement des modèles produits simultanément par Tekno et Villmer au Danemark.

On retrouve en effet, quasi intégralement, le quatuor canons de DCA-radar-projecteur-lance roquettes sur les Dodge, GMC et jeep de chez FJ.

En y regardant de plus près, même la caisse du GMC atelier est une reprise d’un modèle Tekno.


-Un grand merci à Jérôme HADACECK qui est venu à mon secours pour compléter la série des jeep FJ.

Quand j’ai une question qui concerne la jeep, quelle que soit l’échelle, je sais que Jérôme aura une réponse  précise et pertinente !

 

Note Milinfo : Thomas Seignon ne prétend pas à l'exhaustivité. Aussi, si vous avez un complément d'informations ou de photos à nous apporter sur les miniatures militaires France Jouets, n'hésitez pas à le faire :

 

chl_milinfo@orange.fr

Commenter cet article

Noratlas 18/11/2020 10:47

Il est évident que la "mitrailleuse" est une copie du Bofors de 40mm. Le bouclier du canon anti-char est inspiré de celui du 57mm US.

Noratlas 18/11/2020 10:38

Pour compléter mon commentaire précédent:
https://www.ateliers-memoire-roubaix.com/les-jouets-jean-depreux/

Noratlas 18/11/2020 10:37

Article merveilleux! Pour une fois que l'artisanat marseillais est à l'honneur (blague!).Effectivement, enfant, ces jouets m'ont fasciné, surtout le "canon atomique", reçu à un Noel.
Enfant témoin en Algérie pendant les "évènements", l'Armée Française était partout avec jeeps, Dodge et GMC..Aussi, la présence des miniatures FJ dans les vitrines était dans la continuité de ce qu'on voyait dans les rues.. C'était aussi l'époque ou la souveraineté française était dans les têtes et dans les jouets: soldats français de Starlux, casernes Depreux avec drapeau tricolore et militaires Dinky avec fanion français au niveau du pare-choc. Après 1980, le jouet militaire est systématiquement US: un certain anti-militarisme français complété par la production sino-US a eu raison d'une partie de l'âme de nos enfants..
Pour les jantes en plastique FJ, je confirme complètement: j'en possède plusieurs modèles équipéq ainsi.

papi lann 18/11/2020 08:14

Pour l'anecdote, il y a environ 60 ans, pour mon anniversaire, mon grand père maternel qui travaillait chez Simca, en vacances chez nous en Bretagne, m'a demandé ce qui me ferait plaisir, je l'ai trainé devant le magasin de miniatures et jouets et j'ai pointé mon doigt vers ce camion lance fusée spatiale qui effectivement était projetée à l'autre bout de ma chambre et l'amorce explosait à la percussion sur le plancher. En sortant du magasin, il m'a dit fort gentiment mais avec réalisme que le coût de ce cadeau représentait une journée de travail à l'usine. Je m'en souvient encore et je ne sais ou est passé ce jouet alors que j'ai retrouvé une bonne partie de mes Dinky toys. Merci encore et respect papi ou plutôt pépé comme on disait à l'époque. Merci à l'équipe Milinfo pour ce blog passionant, je n'y ai contribué qu'une seule fois avec photos de ma Jeep Delahaye VLR en taille 1 et 1/43ème.

Milinfo 18/11/2020 09:18

Merci pour ce commentaire "papi"... c'est sympa de venir en relai des milinfistes qui publient ici, en évoquant souvenirs, "nos" souvenirs ;)

Hervé 18/11/2020 08:08

Bonjour, merci pour cet intéressant dossier et votre information concernant le caisson du GMC atelier qui serait lui aussi inspiré de la marque TEKNO et pour ma part je n'ai jamais vu de camion TEKNO avec une telle présentation ni sur des catalogues TEKNO ?
Citation "En y regardant de plus près, même la caisse du GMC atelier est une reprise d’un modèle Tekno"
Avis bienvenus, merci.

Jérôme Hadacek 18/11/2020 07:30

Petite précision : ce n est pas Willys qui a construit les remorques de la jeep mais BANTAM, précurseur de la jeep (BANTAM MkII et BRC 40) et dépossédée de son invention par le Quarter Master Corps, qui jugeait ses installations industrielles trop faibles pour leur confier la production de la jeep. Ils ont donc transmis plans, informations et prototypes à Willys et Ford, dont les usines étaient en capacité de subvenir à une telle production de masse. En lot de consolation, le QMC confia la production des remorques à BANTAM, presque toutes identifiées comme tel !;)

Richard 14/11/2020 13:42

Bonjour,
Pour compléter les dires de Felder, il existe au moins trois versions d'obus pour le canon atomique France-Jouets, l'aluminium, le bois et le plastique pour les derniers produits, ces derniers sont soit teintés de gris ou peint, de type obus ou façon torpilles avec des ailettes stabilisatrices arrière.
De plus pour ce qui est des couleurs, j'ai vu et pas acheté (jeune collectionneur, je n'en avais pas les moyens à l'époque...) au puces du canal à Lyon, il y a de ça une trentaine d'année (ou un peu plus...), une série de GMC, Dodge, et canon atomique en boite carton illustrée qui étaient tous de couleur jaune chaume pas le jaune sable FJ.
Merci en touu cas pour ce superbe article ou j'apprends beaucoup de choses sur cette marque au niveau des variantes, ce qui titille mon envie de compléter mes séries F.J militaires, que je croyais pourtant bien être complète...

Hervé 14/11/2020 07:53

Bonjour, très intéressante suite de cet article sur FJ ou je découvre cette fusée avec embout et anneau intermédiaire de couleur rouge que je n'ai jamais vu en 40 ans de collection !!
Concernant les GMC dépannage et bâché kaki que je n'ai jamais vu également ainsi que d'autres amis collectionneurs ,vous dites à priori qu'ils existeraient : -Ensemble de GMC FJ ( manquent le « bâché », le « dépannage » et les deux versions URSS et France du porte fusée).
Quelqu'un a t il vu au moins une fois ces 2 moutons à cinq pattes ? un collectionneur m'avait parlé une fois de prototypes ? pourtant ils n'étaient pas difficiles à produire car la potence de dépannage et le plateau avec la demi-bâche existaient dans la gamme FJ.

ED 10/11/2020 07:36

Idem que Felder, mais le tracteur possède un projecteur,

FELDER 08/11/2020 20:48

Bonsoir les milinfistes, Je tiens à préciser que le canon atomique que je possédais était fourni avec 3 obus en aluminium... effectivement, ça tirait loin !!! et si mes souvenir sont encore bons, la manivelle était toute petite. il fallait de petits doigts pour remonter le mécanisme. le déclanchement du tir se faisait par un "crochet".

Jf 07/11/2020 11:46

A ce me rappelle des souvenirs d'enfance sur les fêtes foraine j'allais toujours à la pêche aux canards quart il était en cadeau cettais la marque champion je crois

Hervé 07/11/2020 07:31

Bonjour, pour ma part je confirme n'avoir jamais vu de DODGE 6x6 en version sable (ils ont existé de cette couleur en réédition chez CHAMPION) il existe bien par contre la version blanche ambulance sur la base du bâché.

jerome 27/10/2020 09:52

Bonjour,
Encore une superbe rétrospective à la Thomas ! Même si ils ont cet aspect " joujou", ils n'en demeurent pas moins très emprunt de nostalgie d'heures de jeux et de parfum de boutiques de jouets des années 1960 et 1970!
La suite est attendue avec impatience, d'autant qu'à ce rythme, MILINFO va devenir une vraie Bible de référence des collections militaires en miniature.
A bientôt.

Jérôme H.

C.-M. Brunet-Neuilly 26/10/2020 10:04

Bonjour,
Je ne peux qu'approuver le commentaire d'Hervé, et de plus je me pose depuis longtemps la même question concernant les deux GMC.
Cdt

Hervé 26/10/2020 06:31

Bonjour, très intéressant article (comme les précédents d'ailleurs sur CORGI et TEKNO) et savez vous si la version dépannage et la version bâché kaki en dessin sur la page de catalogue sont vraiment sortis dans le commerce car je ne les ai jamais rencontré même en épaves.

Milinfo 27/10/2020 05:21

Attendez donc la suite de l'article ;)

Une passion partagée depuis 1998

 

 

 

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo, avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de matériels et miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers…

 

Merci aux Milinfistes qui permettent à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions (articles, photos, documentations…) alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

 

ChL

chl_milinfo@orange.fr

 

 

smiley Jérôme Hadacek

smiley Robert B.

smiley Yves P.

smiley Jean-Pierre B.

smiley Elodie Saint-Lot

smiley Hervé C.

smiley Kamal

smiley Bob

smiley Marc H.

smiley David T.

smiley Florian Vasseur

smiley Jean-Charles

smiley Daniel Baldjian

smiley Patrick G.

smiley Patrick Comelli

smiley Jean-François P.

 

(liste non exhaustive)

 

Veille matériels : Pascal Btr et Frédéric R.

Référent pompiers : Alain Lesaux

 

Les « Milinfistes Premium » sont les contributeurs qui alimentent régulièrement le contenu de Milinfo.
En cliquant sur leur nom, vous pouvez accéder à leurs principales contributions. Cette liste de contributeurs réguliers n'est bien sûr pas exhaustive...

Sont aussi Premium, les Milinfistes qui versent ou qui  ont versé une participation afin de financer l'hébergement, l'espace de stockage de Milinfo et la suppression de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Articles récents

Milinfo-Focus en PDF

 

Milinfo-Focus est accessible, au format PDF, aux Milinfistes Premium.

Contact : chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

Hébergé par Overblog