Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-du 11 au 22 août 2020 :

 

On the Burma road

ISRAEL-1948

(par Thomas Seignon)

 


La visite, il y a quelque temps, du musée militaire de Tel Aviv-Jaffa est à l’origine de ce projet qui relève d’un double challenge : d’abord celui de « raconter une histoire » qui s’appuie sur des évènements réels et ensuite celui de réaliser des véhicules qui n’existent pas sur le marché de la maquette au 1/48...

 

Le tout sur une surface de 40cm de long sur  30cm de large, contrainte supplémentaire liée aux dimensions de ma vitrine !

 

1/ Les évènements :


Au lendemain de la déclaration d’indépendance de l’état d’Israël validée par l’ONU le 15 mai 1948, des éléments de la toute jeune armée israélienne sont encerclés dans Jérusalem.

 

Des convois de ravitaillement sont organisés pour leur venir en aide à partir de la région de Tel Aviv.

 

La route principale reliant Tel Aviv à Jérusalem étant rapidement devenue trop dangereuse, une piste de contournement appelée « Burma road » est alors  créée par les israéliens.

 

Ce nouvel itinéraire reste néanmoins sous la menace d’embuscades de la part d’éléments arabes et la protection des véhicules qui l’empruntent est impérative.

 

C’est cette ambiance sur la « Burma road » à l’été 1948 que j’ai tenté de restituer.   

 

 

2/ Les véhicules :


Le camion blindé, conservé au musée de Tel Aviv est le premier engin qui a attiré mon attention.

 

 

Il est caractéristique des adaptations réalisées localement et dans l’urgence par les israéliens. Exemplaire unique, ses formes anguleuses propres à son caractère artisanal, se prêtent assez bien à une création « ex nihilo » (ou presque !). 

 

Le scout car est lui aussi typique des modifications israéliennes, mais cette fois avec un certain niveau de standardisation. Pour ce véhicule, c’est l’exemplaire conservé au musée de LATRUN (photo 3) qui m’a servi de base.

 

 

Quant à la jeep, elle s’inspire d’un véhicule conservé lui aussi au musée de Tel Aviv.

 

 

Finalement, seule la remorque 1-ton Ben Hur que j’ai accroché au camion blindé est restée à son standard américain d’origine… Mais avec un nom comme Ben Hur, sa place au sein des forces israéliennes était toute trouvée !  

 

3 /Les maquettes :


31-le camion blindé :


Sans en être totalement certain, j’ai pensé que ce « sandwich truck » pouvait avoir une base de GMC CCKW 353.

 

J’ai donc retenu le châssis du GMC Tamiya (Ref 32548) ainsi que quelques pièces comme les roues et le tableau de bord et j’ai supprimé le premier essieu arrière.

 

Cela m’a permis, à quelque centimètres près, de retrouver l’empattement de mon modèle. Le reste est en scratch...

 

 

A cet effet, je me suis bien sûr appuyé sur une solide documentation photographique qui m’a permis d’établir un plan simple. J’ai pu ensuite préparer les pièces à partir de planches en plastique « evergreen » et de laiton. 

 

Même si les formes angulaires du véhicule facilitent la démarche, il m’a fallu plusieurs séquences de montage à blanc et une bonne quantité de mastic pour arriver à un résultat acceptable.

 

 

Afin d’intégrer des personnages et du matériel à l’intérieur du camion, la partie supérieure n’est montée qu’après la mise en peinture.

 

De façon à ne pas rendre ce travail totalement invisible, les portières avant sont mobiles et permettent un minimum de visibilité.

 

J’utilise souvent, en couche d’apprêt, le gris clair en bombe de Tamiya. Or, dans ce cas précis, la couche d’apprêt va aussi me servir de couche de base.

 

En effet, le véhicule du musée ayant été repeint, j’ai considéré que ce gris clair mat de Tamiya, bien que différent, reste crédible.

 

La bande blanche horizontale est un élément d’identification imposé par les autorités britanniques en Palestine.

 

Elle est réalisée à la main et à l’aide d’une bande cache sans rechercher des lignes trop nettes.

 

 

Le camion devant s’arrêter dans un virage, les roues avant sont braquées vers la gauche. Le conducteur à ouvert sa portière et un membre du groupe de combat est resté à l’intérieur.  

 

32-le scout car :


Le modèle de référence est proposé en résine par Gasoline.

 

C’est une très bonne base de travail dont on va conserver un peu plus de la moitié des pièces.

 

Cette fois, je n’ai pas fait de plan...

 

Les dimensions du kit et ma documentation photographique m’ont suffit pour préparer la caisse blindée et la tourelle, toujours à base de planches « evergreen ».

 

Les canons de MG 34  qui arment le véhicule proviennent de chez Hauler.

 

 

A ma couche d’apprêt succède cette fois la teinte « gris sable »(Ref UA 20) de chez Lifecolor.

 

Le marquage provient d’une planche Gasoline et l’mmatriculation ne correspond pas vraiment à ce type de véhicule.

 

Elle reste néanmoins cohérente dans son graphisme. 

 

 

A cette échelle relativement réduite, j’estime que les opérations de vieillissement  (wheathering) doivent rester subtiles.

 

Je ne suis un adepte ni des « surcontrastes »  ni des « surempoussiérages» !

 

D’abord une faible éclaircie de la couche de base sur les surfaces supérieures puis des jus légers de peintures à l’huile diluées dans de l’essence à briquet.

 

 

Comme toujours, l’étude des documents d’époque, même en noir et blanc, donne une assez bonne idée du résultat à obtenir. 

33-la jeep :


J’ai choisi le modèle Tamiya qui se cache dans la boîte d’infanterie US  (Ref 32552) !

 

 

Sur ce modèle, les modifications seront mineures par rapport aux deux autres véhicules.

 

J’ai adopté un set de photodécoupe de chez Hauler pour le coupe fil avant et le porte bagage arrière.

 

Les supports de mitrailleuse sont créés de toute pièce.

 

 

Le vieillissement de la jeep est un peu plus poussé que celui du scout car mais relève toujours du même principe de la « main légère » !

 

Les jus de peinture à l’huile « terre de Sienne », « ombre naturelle » et « ombre brûlée » sont suffisamment dilués pour se fondre parfaitement tout en réhaussant les reliefs là où c’est nécessaire.

 

Il va de soi que tous ce travail à l’huile est précédé d’un voile de vernis protecteur sur vos travaux effectués précédemment à l’acrylique.

 

34-la remorque 1-ton Ben Hur :


Encore une belle reproduction en résine de chez Gaso.line, artisan spécialisé dans le 1/48.

 

Je me suis contenté d’y apporter quelques améliorations, comme le feu arrière, le frein à main, ou encore les attaches des cordes de maintien de la bâche.

 

 

Cette remorque, probablement récupérée dans un stock en Europe, n’est pas une première main !

 

La teinte olive drab US d’origine  est d’emblée éclaircie (le set CS 11 de Lifecolor propose six variations sur le thème de l’olive drab.

 

C’est parfait pour donner un peu de relief à une teinte terne par essence !) et la bâche est traitée dans des nuances de gris qui indiquent son caractère délavé. 

 

Le fait d’être tracté va également générer un empoussiérage général de la caisse... Sans pour autant la transformer en tas de sable ! 

 

4/ le diorama :


Compte tenu du temps passé sur les maquettes, j’avoue avoir été au plus simple pour le diorama en utilisant  un décors en plastique injecté destinés aux jeux de table  Warhammers.

 

 

J’ai solidement vissé cette pièce sur une base en bois pour qu’elle s’intègre dans un virage de ma « Burma road ».

 

La partie basse est ensuite traitée à partir d’un enduit à carrelage étalé de façon à restituer la piste elle même.

 

Une petite surélévation en liège est mise en place (ici dans le coin inférieur gauche) afin de compléter  l’impression de virage.

 

 

Il s’agit ensuite de de donner un caractère aride à l’ensemble. Le fait d’avoir trois chats à la maison m’a permis d’avoir un accès direct a tout un éventail de cailloux et de rochers issus directement de la litière !

 

Le sable et la végétation proviennent d’éléments de décors destinés au modélisme ferroviaire et sont fixés avec de la colle blanche.

 

Les trous visibles dans la piste représentent les points de fixation de l’ensemble des véhicules.

 

 

Paralèllement j’ai préparé mes neufs personnages pour les rendre compatibles avec l’histoire et le lieu.

 

Ils sont tous plus ou moins modifiés à partir de le la boîte d’infanterie US de Tamiya pour deux d’entre eux et de différentes références de chez Gaso.Line pour le reste.

 

En effet, à ce stade du projet, l’emplacement de chacun des véhicules ainsi que le rôle de chacun des personnages sont déjà précisément déterminés :
 

 

Le scout car est en tête de convoi. Son chef de voiture vient de détecter des mouvements suspects.

 

 

Il s’arrête et fait signe au camion qui le suit de faire de même.

 

 

Un groupe de combat débarque du camion et se déplace à l’abri des vues pour confirmer le renseignement.

 

Chef de groupe

 

Porteur FM

 

Fantassin

 

Dans le même temps son chef de bord stoppe une des jeeps d’escorte qui remonte de l’arrière du convoi et qui vient aux nouvelles…

 

 

Nous sommes en juin 1948 sur la « Burma road » entre Tel Aviv et Jérusalem.

 

Commenter cet article

Robert B 22/08/2020 20:45

Magnifique réalisation Thomas! Autant les véhicules, les figurines ,le diorama ,la mise en scène !

Un grand bravo , tout est maîtrisé et parfait ,vraiment je suis admiratif !
Félicitations, amicalement !
Robert B

yann 22/08/2020 18:37

c est bien ce dio...
toujours aussi sympa!!
j aimerai bien voir celui avec le panther sur voie ferrée...;
bon week
yann

yann 11/08/2020 19:43

Bjr,
il me semble avoir vu ce diorama au concours de maquette à paris histoire vivante , il ya quelques années, une tres belle pièce

PASCAL . H 11/08/2020 10:01

Bonjour ,

Avec " TSAHAL " tout est transformable même une jeep avec MG 34, dès qu'ils ont un véhicule de base ils transforment tout, bon nombre de miniature à réaliser et super reportage

YVES 11/08/2020 09:07

Très bonne idée dio historique, le remarquable début laisse augurer un final magnifique.

Une passion partagée depuis 1998

 

 

 

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo, avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de matériels et miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers…

 

Merci aux Milinfistes qui permettent à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions (articles, photos, documentations…) alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

 

ChL

chl_milinfo@orange.fr

 

 

smiley Jérôme Hadacek

smiley Robert B.

smiley Yves P.

smiley Jean-Pierre B.

smiley Elodie Saint-Lot

smiley Hervé C.

smiley Kamal

smiley Bob

smiley Marc H.

smiley David T.

smiley Florian Vasseur

smiley Jean-Charles

smiley Daniel Baldjian

smiley Patrick G.

smiley Patrick Comelli

smiley Jean-François P.

 

(liste non exhaustive)

 

Veille matériels : Pascal Btr et Frédéric R.

Référent pompiers : Alain Lesaux

 

Les « Milinfistes Premium » sont les contributeurs qui alimentent régulièrement le contenu de Milinfo.
En cliquant sur leur nom, vous pouvez accéder à leurs principales contributions. Cette liste de contributeurs réguliers n'est bien sûr pas exhaustive...

Sont aussi Premium, les Milinfistes qui versent ou qui  ont versé une participation afin de financer l'hébergement, l'espace de stockage de Milinfo et la suppression de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Articles récents

Milinfo-Focus en PDF

Milinfo-Focus est accessible, au format PDF, aux Milinfistes Premium.

Contact : chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

Hébergé par Overblog