Publié le par Milinfo/ChL/Pascal Btr
Publié dans : #Véhicules&Matériels

  

 

 

-25 janvier 2023 :

 

Arquus Scarabée, le SUV pensé pour les militaires

Reportage TURBO du 22/01/2023

 

Cette voiture, la Peugeot 3008, est ce que l'on peut appeler communément un SUV. SUV, c'est l'acronyme anglais de Sport Utility Vehicle, que l'on pourrait traduire par quelque chose comme : voiture qui a un look de 4x4 mais qui n'en est pas forcément un et conserve de bonnes aptitudes routières !

 

“Et grâce à ce positionnement, les SUV sont aujourd'hui devenus des modèles incontournables en France et même en Europe. Tenez, par exemple, cette Peugeot 3008, elle fait partie du top 10 des voitures les plus vendues ici, chez nous.”

 

“Mais du côté de Versailles, un petit constructeur, français, développe sa propre version très personnelle de “SUV”. Ce constructeur, c'est Arquus, une société spécialisée dans les véhicules militaires. Et son SUV, le voilà ! Impressionnant hein ?”

 

Voici le Scarabée, une bestiole au look impressionnant de Batmobile, 8 tonnes sur la balance, et des technologies à ne plus savoir quoi en faire. Une voiture couteau suisse capable de tout sur le papier. Et qui sait, peut-être même de battre notre SUV star, la Peugeot 3008 ?

 

On est tous d'accord ? Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas ! Mais quand même avouez que ce Scarabée a une sacrée gueule. Il se fonderait sans problème dans un film hollywoodien et pourtant, il est bien réel.

 

Véritable croisement entre un char Leclerc et un Hummer, le Scarabée n'est pourtant pas un mastodonte. 5,25 mètres de long, 2,10 de large et 2,0 de haut, il pourrait certes avaler notre Peugeot 3008 sans problème, mais son gabarit reste relativement adapté à nos routes, au milieu de nos voitures conventionnelles. Sa principale différence réside surtout dans la structure de sa carrosserie. Ou plutôt de son blindage : plusieurs couches d'aluminium et de composites capable de résister à toutes les menaces du champ de bataille, des tirs de mitrailleuses aux explosions de mines. Bon ben là, on ne va pas tester et encore moins tenter l'expérience sur notre Peugeot 3008, on croit les ingénieurs d'Arquus sur parole.

 

“En revanche, quand ils nous disent qu'il pourrait se faufiler dans la circulation aussi facilement que notre SUV de série. Là, je demande à voir. Et le meilleur moyen pour le vérifier, c'est de mesurer son diamètre de braquage. Pour ça, il suffit de tourner le volant à fond dans un sens, de rouler, et de mesurer le diamètre du cercle dessiné au sol. Ah bah oui, j'tourne pas en rond depuis 5 minutes pour rien. D'ailleurs, y'a pas qu'la voiture qui tourne !”

 

Maintenant, c'est au tour de l'Arquus Scarabée. Vu d'en haut, l'engin paraît pataud et son cercle beaucoup plus grand que celui de la Peugeot 3008. Enfin, ça, c'est en configuration normale. Car le Scarabée possède aussi un essieu arrière directionnel. Et lorsqu'on l'enclenche, ça change tout ! Il tourne dans un cercle beaucoup plus petit. Diamètre de braquage optimal : à peine plus de 11 mètres. Il fait donc jeu égal avec la Peugeot 3008. Mais il peut faire encore plus fort et même rouler en crabe. Très pratique pour s'éviter certaines manœuvres fastidieuses comme un créneau par exemple.

 

Moderne, high tech' et très accueillant dans cette finition haut de gamme, l'habitacle de la Peugeot 3008 fait partie des références du marché. Ses sièges en cuir son confortables, et il y a de la place pour 5 passagers dans un grand confort. A bord du Scarabée en revanche...

 

“On comprend tout de suite que le cahier des charges, c'est pas l'même ! L'accès est facile grâce à la porte latérale coulissante, mais après, c'est plutôt étriqué. Ce n'est pas un habitacle mais une cellule de survie. Il y a peu de surface vitrée, c'est logique, parce que c'est un point sensible pour la sécurité sur un véhicule militaire. Et la place du conducteur est centrale, avec 1 passager de chaque côté, légèrement en arrière, comme sur une Mc Laren F1 par exemple. Mais la comparaison s'arrête là j'vous rassure !”

 

L'instrumentation est rustique en comparaison de notre Peugeot 3008, mais contre toute attente, le Scarabée est très confortable, et d'après ses concepteurs, il se conduit de manière très simple, comme une voiture traditionnelle. Comme il y a très peu de surface vitrée, la rétro vision est assurée par des caméras situées à l'extérieur. Mais cet équipement ne lui sera à priori d'aucune utilité pour notre prochain test : un duel sur un 0 à 100 km/h.

 

A gauche, sur la piste, la Peugeot 3008 Hybrid 4 : 1 moteur thermique de 200 ch et 2 moteurs électriques sur chacun des essieux pour une puissance totale cumulée de 300 chevaux ! Le tout avec une transmission intégrale, notre 3008 est très bien armée.

 

“Bon, le Scarabée, c'est du sérieux aussi : 1 moteur thermique de 300 chevaux, et 1 moteur électrique de 100 ch. Puissance totale cumulée : 400 chevaux ! Et bien sûr, tout ça là aussi, avec une transmission intégrale. C'est p't'être pas si gagné d'avance pour notre Peugeot”.

 

Dans le Scarabée, pour le pilote démonstrateur officiel, Ronan Dupont, la concentration est totale.

 

“C'est fou, le Scarabée a littéralement bondi, mais ça y est je le distance déjà. Oh là là, je lui ai mis un vent... Et top ! 0 à 100 km/h : 5,9 secondes. C'est ce qui s'appelle une véritable raclée ! Le Scarabée lui, il semble pas encore arrivé !”

 

 

De son côté, le Scarabée met plus de 18 secondes pour passer la barre des 90 km/h, sa vitesse maximale, volontairement bridée. Une victoire écrasante donc pour notre 3008... mais logique. Car si la Peugeot pèse 1,9 tonnes pour 300 chevaux, le Scarabée lui accuse plus de 8 tonnes pour 400 chevaux, son rapport poids/puissance est donc 3 fois plus important que celui de la 3008, et ses performances s'en ressentent.

 

Pour la dernière épreuve, nos 2 véhicules vont devoir affronter... un mur. Ou plutôt une pente à 50%. Sur nos routes conventionnelles, ça n'existe pas, tout simplement parce que c'est trop énorme.

 

“Pour vous, ça ne se voit pas trop à l'image, mais en vrai, cette pente, elle est très impressionnante. La Peugeot 3008, c'est un véhicule 4 roues motrices, mais ce n'est pas non plus un tout-terrain. Là, je ne suis pas trop sûr de moi, mais bon, quand faut y aller... Je m'engage doucement j'accélère, je sens déjà que ça force... Eh ben voilà, la voiture ne veut plus avancer, et je vais éviter de forcer sur la transmission. Notre Peugeot 3008 a avoué ses limites. Mais j'demande à voir le Scarabée quand même !”

 

Si une voiture conventionnelle de 300 chevaux n'y arrive pas, alors, une enclume de 8 tonnes à peine plus puissante... Il a p't'être un peu trop eu la confiance Ronan là, non ?

 

Malgré son poids énorme de 8 tonnes, l'Arquus Scarabée est capable de prouesses techniques spectaculaires. Il est aussi habile qu'une voiture civile, il accélère aussi fort sur les premiers mètres, et il est capable de franchir des montagnes. Le tout avec un look de malade et une motorisation hybride.

 

Si vous êtes sous le charme, désolé, il n'est pas à vendre pour le commun des automobilistes. Mais vous pouvez toujours vous retourner sur la Peugeot 3008 Hybrid 4.

 

 

Pour voir la vidéo du reportage, cliquez ci-dessous :

 

 

-07 octobre 2021 :

 

Scarabee, développé par ARQUUS, est le système de combat des armées modernes souhaitant disposer d’unités légères, très mobiles et fortement armées.

 

Grâce à la mobilité exceptionnelle du Scarabee, elles seront capables à la fois de se déplacer rapidement dans de grands espaces mais aussi de contrôler des milieux confinés ou urbains.

 

 

Le magazine DirectAuto, diffusé sur la chaine C8, nous le présente en vidéo :

Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)

 

-30 juin 2019 :

 

ARQUUS expose le Scarabee au Salon du Bourget.

 

 

 

Leader européen de la mobilité terrestre protégée, ARQUUS était présent au Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace au Bourget.

 

Dans le cadre de ses travaux sur l’aérotransport, l’entreprise exposait notamment son véhicule Scarabée, présenté pour la première fois au grand public.

 

Source : ICI - Merci à Pascal Btr

 

-17 juin 2019 :

 

Le Scarabée d'Arquus en vidéo :

 

Source : https://twitter.com/Marsattaqueblog

Source : https://twitter.com/Marsattaqueblog

Merci à Frédéric R. et pascal Btr pour leur veille...

-5 juin 2019 :

 

Sous la carapace du Scarabee

 

 

Confidentiel lors d’Eurosatory 2018, le démonstrateur Scarabee développé par Arquus s’est enfin affiché au grand jour lors de la seconde édition des Technodays, organisée vendredi dernier par l’industriel versaillais sur l’autodrome de Linas-Monthléry. Entre modularité et propulsion hybride, tour d’horizon d’un programme situé au confluent des innovations en cours de développement chez Arquus. 

 

 

Exit la maquette 1:1 présentée lors du dernier salon Eurosatory, le Scarabee est aujourd’hui un démonstrateur pleinement intégré dans une phase d’analyse prospective. Une seconde étape notamment centrée sur la mobilité et sur le comportement général du véhicule sur route et sur piste 4×4. Développé en neuf mois sur fonds propres par une équipe de six ingénieurs, ce prototype s’inscrit directement en amont du futur Véhicule blindé d’aide à l’engagement (VBAE), plateforme appelée à succéder aux VBL et VB2L. Les RETEX acquis sur ces deux derniers auront d’ailleurs servi de postulats de départ aux ingénieurs d’Arquus pour concevoir un véhicule multirôle capable de concilier discrétion, compacité et modularité avec une grande capacité d’emport.

 

Difficile, au premier regard, de ne pas saluer un design avant-gardiste, qui se démarque premièrement par ses deux portes latérales coulissantes. Une innovation au profit de l’ergonomie qui permettra de faciliter l’accès au véhicule tout en conservant un encombrement minimal particulièrement adapté aux missions en environnement urbain. Dépourvues de poignée apparente, ces portes s’ouvrent de l’extérieure au moyen d’une technologie qu’Arquus n’a pas souhaité détailler. Près de 5000 mouvements « ouverture-fermeture » ont déjà été réalisés sur les prototypes en y injectant des éléments naturels propres à enrayer le mécanisme (boue, sable, poussière). Cette configuration n’est néanmoins pas exclusive, le Scarabee pouvant être équipé de portes à gonds.

 

Malgré d’imposantes roues héritées du Sherpa, les dimensions du Scarabee s’avèrent parfaitement adaptées à celles d’un container standard. Sa hauteur (hors armement) est ainsi limitée à 1,9 mètre quand la longueur n’excède que légèrement celle du VB2L. Sa garde au sol peut par ailleurs être ajustée en fonction de la configuration du terrain, de 400 mm sur route à 500 mm en tout-terrain.

 

Le Scarabee récupère la configuration « 1 – 2 – 1 » de l’habitacle issue du concept « CRAB » présenté en 2011 par Panhard. Cette disposition optimise le volume interne tout en améliorant grandement la vision du pilote. Celle-ci est également renforcée par la présence de deux modules caméra PeriSight de Bertin, dont la très faible latence (moins de 25 ms) permet d’augmenter grandement la vision pilote vers l’avant et vers l’arrière. Le niveau de protection du véhicule n’est quant à lui pas connu, Arquus confirmant tout au plus l’existence d’un double plancher et de kits de blindage additionnels. Le PTAC du Scarabee devrait avoisiner les huit tonnes, dont deux tonnes de charge utile, soit 60% de plus que le VB2L. De plus, Arquus envisage la possibilité de fixer des compartiments extérieurs supplémentaires sur les portes pour gagner jusqu’à 200 kg d’emport supplémentaire.

 

D’un tourelleau téléopéré de 12,7 mm à un canon court de 30 mm, en passant par un lanceur MMP ou un radar, le pavillon du Scarabee est conçu pour recevoir un vaste éventail de systèmes de mission. Élément à priori annexe, le toit est lui aussi concerné par les réflexions engagées en matière de modularité et d’optimisation de la charge utile. Selon Arquus, ce pavillon sera facilement interchangeable pour gagner en souplesse en terme d’intégration de tourelleaux téléopérés et autres systèmes embarqués.

 

 

Propulsion hybride et marche en crabe

 

Nativement conçue pour une propulsion hybride diesel-électrique, la chaîne cinématique du Scarabee comprend un moteur de 300 ch et un moteur électrique de 75 kw alimenté par deux batteries Li-Ion. L’ensemble, en partie issu des RETEX du PEA réalisé sur le VAB Mk3 Electer, offre un rapport puissance/poids de 50% supérieur à celui du Sherpa Light, indique Arquus. La propulsion électrique est dotée de quatre modes : hybride, « boost » en additionnant les deux modes de propulsion, électrique pour diminuer l’empreinte thermique et sonore, et générateur pour alimenter ou recharger d’autres systèmes.

 

L’architecture privilégiée par Arquus place ce bloc moteur à l’arrière du véhicule. Un choix innovant qui devrait offrir une meilleur accessibilité lors des phases d’entretien programmé léger et de dépannage. De cette façon, l’entièreté du bloc moteur peut être remplacé en moins de 45 min. Déplacer le système de refroidissement vers l’arrière du toit permet en outre d’éviter l’accumulation de boue ou de sable sur la calandre du radiateur, et donc une éventuelle surchauffe du moteur. Enfin, en ne conservant que les éléments de freinage et de direction à l’avant du véhicule, Arquus libère un espace supplémentaire pour l’intégration de systèmes innovants. Entre autres options, Arquus étudie l’installation d’un système de filtration d’eau sous les ailes, derrière les phares, afin d’accroître l’autonomie en mission de l’équipage.

 

Le Scarabee est doté de directions indépendantes (2×2), le train arrière étant manoeuvré au moyen d’un joystick. Cette configuration autorise non seulement une marche arrière immédiate, mais également un rayon de braquage inférieur à cinq mètres. Lorsque ses deux trains de roues sont orientés dans la même direction, le Scarabee peut « marcher en crabe », augmentant sensiblement la manoeuvrabilité en environnement confiné. Bien qu’étant assimilé « en moins d’une heure » par le pilote, ce système de direction dédoublé devrait à terme être centralisé sur le volant.

 

 

Une « remorque-mule » en appui

 

Outre la motorisation, l’autre défi majeur imposé aux ingénieurs d’Arquus sera de concilier un design compact et « furtif », synonyme d’emport limité, avec les paramètres spécifiques d’une mission de longue durée. La solution privilégiée par Arquus serait l’ajout d’une remorque, baptisée Engin d’allègement au contact (EAC). Les deux roues de l’EAC sont donc chacune dotées d’un moteur électrique alimenté par des batteries Li-Ion rechargeables par récupération de la force mécanique du freinage, par exemple. En terrain difficile, ces moteurs viendront s’ajouter à ceux du « véhicule mère » afin d’éviter une compromission des performances de celui-ci.

 

Bien plus qu’une simple remorque, l’EAC sera une véritable plateforme modulaire destinée à appuyer le Scarabee et son équipage. Grâce à une troisième roue escamotable, l’EAC devient une mule pouvant être décrochée par l’opérateur au départ de l’habitacle. La mule pourra ensuite être dirigée à distance, soit de manière téléopérée, soit de façon semi-autonome par la définition de points de passage en amont de la mission. La capacité d’emport de l’EAC n’est pas connue mais elle sera suffisamment importante que pour pouvoir recevoir les charges nécessaires à des missions d’ouverture d’itinéraire, d’évacuation médicale ou encore d’appui-feu qui pourront lui être assignées.

 

De plus, la motorisation des roues, de même que certaines briques récupérées au niveau du groupe Volvo AB, devraient permettre plusieurs EAC d’évoluer en convoi à la suite d’un unique Scarabee. Enfin, les dimensions du Scarabee et de l’EAC permettront d’embarquer jusqu’à trois véhicules de chaque sorte dans un seul A400M.

 

 

La suite ?

 

Arquus insiste: l’aventure Scarabee n’en est qu’à ses balbutiements. Nombreux sont les axes d’évolution envisagés afin d’agrandir le portfolio capacitaire du véhicule. L’adjonction d’une capacité amphibie, premièrement, est actuellement à l’étude. Si les batteries sont dès l’origine totalement étanches, une réflexion est en cours afin de garantir l’herméticité du bloc moteur. De même, la prochaine édition du salon du Bourget donnera lieu à la présentation de premières ébauches concernant une future capacité d’aérolargage sur base d’une palette conventionnelle. Enfin, ingénieurs et techniciens continueront de plancher sur la réduction de l’empreinte sonore du véhicule. Quelques pistes parmi tant d’autres susceptibles d’élargir le cadre de réflexion, en attendant la mise sur rails effective du programme VBAE.

 

Source de cet article : ICI

Autres sources : Twitter MarsAttaqueblog et EDRmagazine

Merci à Pascal Btr

 

-30 octobre 2018 :

 

Le prototype du  Scarabee d'Arquus semble avoir profité de la douceur automnale pour s'offrir quelques tours de roues dans les allées de Satory.

 

Dévoilé à l'occasion d'Eurosatory 2018, il sera un candidat potentiel au remplacement du VBL (programme VBAE).

 

Source : Twitter Forces Operations Blog

 

Les engins militaires semblent avoir, eux-aussi, leurs chasseurs d'image !
Les engins militaires semblent avoir, eux-aussi, leurs chasseurs d'image !
Les engins militaires semblent avoir, eux-aussi, leurs chasseurs d'image !

Les engins militaires semblent avoir, eux-aussi, leurs chasseurs d'image !

 

-12 août 2018 :

 

Arquus développe actuellement sur fonds propres, un véhicule intégrant les technologies les plus avancées liées à la mobilité, à la protection et au combat collaboratif : le Scarabee.

 

Successeur du VBL et dans la lignée des automitrailleuses Panhard, le Scarabee est aujourd’hui un concept, qui présente un haut niveau de maturité et promet d’atteindre des performances inégalées.

 

Offrant une ergonomie collaborative et un confort maximal, il permettra une gestion innovante de l’énergie et un emport exceptionnel.

 

Equipé d’un système d’armes puissant et moderne, il sera un acteur essentiel du combat collaboratif. Modulable, il permettra une maintenabilité simple et optimale en opérations extérieures.

 

Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Véhicules&matériels : Scarabee d'ARQUUS (maj : 7 oct 2021)
Commenter cet article
R
Cet engin a vraiment un look Terrible , aussi si des fois notre ami Olivier St Lot , regarde Milinfo et mon petit commentaire , une petite série en finition sable et belle boite ARQUUS , moi je serais preneur et je pense que je ne devrais pas être le seul ! <br /> Olivier , svp ? <br /> Enfin , on peut toujours rêver un peu , amicalement , Robert B .
Répondre

Milinfo... depuis 1998 !

 

 

Milinfo est né en 1998 ; il s'agissait alors d'un recto-verso en N&B, sans prétention, dédié aux miniatures militaires.

 

 

Diffusé gratuitement auprès de collectionneurs et de détaillants, il a eu droit à quelques échos dans la presse spécialisée.

 

 

Puis Milinfo est passé de deux à quatre pages en 1999.

 

 

En 2002, le N&B est abandonné au profit de la couleur qui s'impose définitivement dans nos publications.

 

 

L'année 2011 est marqué par l'apparition de MilinfoPlus, le complément indispensable de Milinfo et traitant de sujets uniques.

 

 

En juin 2004, après la sortie de son 25ème numéro, Milinfo marque un temps d'arrêt... Le temps de réfléchir à son avenir et à son mode de diffusion. 

Les Milinfistes nous encouragent à ne pas arrêter l'aventure qui reprendra en septembre 2004 sous une nouvelle version mensuelle. La numérotation repart à zéro avec cette "nouvelle version"...

 

 

En 2006, Milinfo abandonne le format papier, se transforme en blog et s'ouvre à toutes les miniatures sous l'uniforme mais aussi aux matériels en service et/ou produits par nos industriels nationaux.

 

Parallèlement au site, nous avons relancé une version "papier" diffusée par mail, au format PDF. Milinfo Focus et ses hors-séries sont aujourd'hui le complément indispensable de Milinfo.org.

 

En mai 2023, Milinfo fêtera ses 25 ans d'existence...

 

 

Gifs animés GYROPHARES

 

 

Gifs animés GYROPHARES

 

 

 

# Les Milinfistes-Premium #

 

 

Les Milinfistes-Premium contribuent régulièrement au contenu de Milinfo. Leur participation, par l'envoi fréquent de contributions (textes et photos), justifie pleinement que les rubriques qui leur sont dédiées soient mises en avant.

 

La liste ci-dessous est bien sûr non exhaustive ; elle est aussi susceptible d'évoluer dans le temps :

 

 

-Jérôme Hadacek

-Patrick Comelli

-Elodie Saint-Lot

-Daniel Baldjian

-Thomas Seignon

-Florent Vasseur

-Robert B.

-Yves P.

-Hervé C.

-Marc H.

-Philippe S.

-Patrick G.

-Jean-Charles

-Jean-Pierre B.

-Yann B.

 

 

Merci aussi à Pascal B., Alain Lesaux, Frédéric R... pour leur veille qui alimente notre contenu "In memoriam", "veille matériels et "actualité de la miniature sous l'uniforme".

 

# Les incontournables #

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

# Les dossiers Milinfo #

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Milinfo-Focus

 

# Milinfo-Focus #

 

Dans la rubrique "Milinfo spécial" (cliquez ICI), retrouvez tous les Milinfo-Focus et les HS.

La version au format PDF est réservée aux Milinfistes Premuim.

Renseignements :

 

chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

# Milinfo-Focus HS :

 

Hébergé par Overblog