Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Milinfo
Publié dans : #Les miniatures de Gendarmerie

   

Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017

-4 décembre 2017 (mise à jour 13 décembre 2017) :

 

Merci à Guillaume L. pour cette photo de famille regroupant l'Estafelle OttOmobile et les deux Estafette sorties chez Norev :

Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017

Pour comparer et parce que je l'ai sortie de sa vitrine, voici quelques photos de l'Estafette Secours routier de Norev au 1/18.

 

Pour comparer ou pour le plaisir...

Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18
Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18

Diaporama : l'Estafette Secours routier Norev au 1:18

-4 décembre 2017:

 

L'ESTAFETTE OU LA REVOLUTION TECHNIQUE CHEZ RENAULT

Photo Wikipedia

Photo Wikipedia

L’Estafette voit le jour en octobre 1959 et sera produite jusqu’en 1980, à un total de 533 209 exemplaires. Artisans, commerçants, du plombier au menuisier, tous les corps de métier profitent de la praticité et la compacité de cette bonne à tout faire. Elle fera également le « bonheur » pendant des décennies de la maréchaussée qui en fera son panier à salade favori.
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
A sa sortie, l’Estafette est une révolution chez Renault. Pour la première fois, la Régie couple un moteur avant à une transmission aux roues avant. Nous sommes en 1959 et cette option technique permet d’abaisser le seuil de chargement.
 
Un an après la sortie du premier modèle, la Gendarmerie lance un appel d’offres que Renault remporte face à Citroën et son HY, Peugeot et son DB4… Le contrat durera vingt ans avec d’abord une teinte noire, puis bleue nuit, bleue moyen avant de devenir bleue de France, rebaptisé Bleu Gendarmerie.
 
L’Estafette est un fourgon d’une tonne à vide, sans direction assistée, avec un moteur quatre cylindres emprunté aux véhicules particuliers.
 
Quarante Estafette Gordini furent livrées à la Gendarmerie entre l’automne 1966 et la fin de l’année 1970. Seul digne distinctif, un sigle G pour Gordini sous la marque Renault à l’arrière et en bas de la calandre. L’expérience se révéla moins concluante qu’espéré. Même revue par Gordini, l’Estafette restait juste en performances pures. Son mauvais CX, celui d’une camionnette utilitaire, la pénalisait au niveau de la vitesse de pointe. Son moteur ne développa jamais plus de 115 chevaux (et encore dans les dernières évolutions dont la cylindrée avait été portée à 1440 cm3 mais qui restaient bridées dans les versions routes). Bien que plus agile, plus nerveuse et plus rapide qu’un modèle de base, l’Estafette Gordini peinait à suivre des gangsters en BMW, Fiat 130, Lancia ou Mercedes. Son centre de gravité trop haut la rendait délicate à conduire pour le gendarme de base. Tous ses conducteurs suivaient un stage organisé à Montlhéry. Mais une fois en liberté sur les routes, beaucoup mirent les Estafettes dans le décor ou sur le toit. Qu’importe, l’idée novatrice avait fait évoluer la Gendarmerie. Des Matra Jet, Alpine Berlinette et A 310 ainsi que des Citroën SM succédèrent aux premières Estafette dans les missions de chasse aux contrevenants.
 
Qui monte à bord de l’Estafette se souviendra longtemps de la froideur de ces panneaux de côté en tôle nue, dénués de tout agrément. Ils sont la signature des Alouette livrées à la gendarmerie dans la période 1978-1981. Cette série se distingue également par l'absence de gaines de chauffage mais, comble du raffinement, elle comporte un jonc de toit chromé. Cette rusticité générale a été rendue nécessaire pour une double raison d'économie d'échelle et de facilité d'entretien. Le matériel devait pouvoir se nettoyer au jet d'eau, tous les samedis. Voilà pourquoi il n'y a pas de tapis en caoutchouc au sol, mais des caillebotis amovibles en bois. Seul le ciel de pavillon, tendu de blanc, tente de donner une illusion de confort dans ce qui n'est autre qu'un utilitaire sans fioritures.
 
Les banquettes et leurs strapontins forment deux rangées de trois places, ce qui fait une capacité maximale de huit personnes (les modèles 1960 à 1963 comptaient six sièges individuels face à la route, disposés de part et d'autre de l'habitacle dans le but d'installer un brancard au centre). Les gendarmes qui ont connu l'Estafette s'en souviennent sûrement : à huit, les bavettes de roues qui les équipent depuis 1964 se mettaient à frotter contre le sol dans les virages.
 
Une radio Thomson CSF-TMF 623 B, située entre les sièges AV, s'accompagne d'un combiné digne du téléphone domestique directement rattaché à la tablette. Il permettait de joindre la brigade territoriale, les véhicules de sortie ou bien le groupement. L’Estafette était aussi équipée d’un extincteur, d’une lampe de travail rouge, bien à portée de main, et de tout l'équipement nécessaire au balisage et aux interventions : cônes, panneaux triangulaires lumineux pour les barrages et les accidents, feu de travail de nuit MIC 272 et son dérouleur de câble électronique. Enfin, au milieu du compartiment AR, une caisse bleue permettait de loger le lot de bord, tout le petit matériel dont les gendarmes avaient besoin dans l'exercice de leur mission...
Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Quarante Estafette Gordini furent livrées à la Gendarmerie entre l’automne 1966 et la fin de l’année 1970. Seul digne distinctif, un sigle G pour Gordini sous la marque Renault à l’arrière et en bas de la calandre.

L’expérience se révéla moins concluante qu’espéré. Même revue par Gordini, l’Estafette restait juste en performances pures. Son mauvais CX, celui d’une camionnette utilitaire, la pénalisait au niveau de la vitesse de pointe. Son moteur ne développa jamais plus de 115 chevaux (et encore dans les dernières évolutions dont la cylindrée avait été portée à 1440 cm3 mais qui restaient bridées dans les versions routes).

Bien que plus agile, plus nerveuse et plus rapide qu’un modèle de base, l’Estafette Gordini peinait à suivre des gangsters en BMW, Fiat 130, Lancia ou Mercedes. Son centre de gravité trop haut la rendait délicate à conduire pour le gendarme de base. Tous ses conducteurs suivaient un stage organisé à Montlhéry. Mais une fois en liberté sur les routes, beaucoup mirent les Estafettes dans le décor ou sur le toit.

Qu’importe, l’idée novatrice avait fait évoluer la Gendarmerie. Des Matra Jet, Alpine Berlinette et A 310 ainsi que des Citroën SM succédèrent aux premières Estafette dans les missions de chasse aux contrevenants.

Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Qui monte à bord de l’Estafette se souviendra longtemps de la froideur de ces panneaux de côté en tôle nue, dénués de tout agrément. Ils sont la signature des Alouette livrées à la gendarmerie dans la période 1978-1981. Cette série se distingue également par l'absence de gaines de chauffage mais, comble du raffinement, elle comporte un jonc de toit chromé. Cette rusticité générale a été rendue nécessaire pour une double raison d'économie d'échelle et de facilité d'entretien. Le matériel devait pouvoir se nettoyer au jet d'eau, tous les samedis. Voilà pourquoi il n'y a pas de tapis en caoutchouc au sol, mais des caillebotis amovibles en bois. Seul le ciel de pavillon, tendu de blanc, tente de donner une illusion de confort dans ce qui n'est autre qu'un utilitaire sans fioritures.
 
Les banquettes et leurs strapontins forment deux rangées de trois places, ce qui fait une capacité maximale de huit personnes (les modèles 1960 à 1963 comptaient six sièges individuels face à la route, disposés de part et d'autre de l'habitacle dans le but d'installer un brancard au centre). Les gendarmes qui ont connu l'Estafette s'en souviennent sûrement : à huit, les bavettes de roues qui les équipent depuis 1964 se mettaient à frotter contre le sol dans les virages.
Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Photo : patrimoine-gend.forumactif.org

Une radio Thomson CSF-TMF 623 B, située entre les sièges AV, s'accompagne d'un combiné digne du téléphone domestique directement rattaché à la tablette. Il permettait de joindre la brigade territoriale, les véhicules de sortie ou bien le groupement. L’Estafette était aussi équipée d’un extincteur, d’une lampe de travail rouge, bien à portée de main, et de tout l'équipement nécessaire au balisage et aux interventions : cônes, panneaux triangulaires lumineux pour les barrages et les accidents, feu de travail de nuit MIC 272 et son dérouleur de câble électronique. Enfin, au milieu du compartiment AR, une caisse bleue permettait de loger le lot de bord, tout le petit matériel dont les gendarmes avaient besoin dans l'exercice de leur mission...

 

Sources principales :

-http://patrimoine-gend.forumactif.org/t9-l-estafette-des-gendarmes

-Sources principales : magazine Gasoline (avril 2014)

Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017

-29 novembre 2017 :

 

Petit comparatif en photos entre l'Estafette Solido et l'Estafette OttOmobile au 1:18.

 

L'une et l'autre ont des points forts et des points faibles.

 

Reste la matière : d'un côté la résine et de l'autre, le bon vieux métal blanc...

 

Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)
Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev  / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)

Duel au 1:18 : Renault Estafette Secours routier-ONSER de chez Norev / Renault Estafette de brigade de chez OttOmobile (8 photos - Milinfo)

-25 novembre 2017 :

 

Ayant reçu mon Estafette commandée sur le site OttOmobile le jour de sa mise en vente, je m'empresse de publier les photos que j'ai prises au déballage de la miniature.

 

Nous reviendrons sur cette belle reproduction lorsque nous aurons eu le temps de l'étudier plus complétement.

 

En attendant, voici quelques photos :

Diaporama 3 : l'antenne et un logo Renault sont fournis dans la boîte...
Diaporama 3 : l'antenne et un logo Renault sont fournis dans la boîte...
Diaporama 3 : l'antenne et un logo Renault sont fournis dans la boîte...
Diaporama 3 : l'antenne et un logo Renault sont fournis dans la boîte...

Diaporama 3 : l'antenne et un logo Renault sont fournis dans la boîte...

Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.
Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.

Diaporama 2 : l'Estafette de chez OttOmobile au 1/18... après instalaltion d el'antenne sur le pavillon.

-20 novembre 2017 :

 

Bonne surprise et nouvelle de cette fin d'année, OttOmobile vient d'ajouter à son catalogue une Renault Estafette gendarmerie au 118.

 

Cette miniature est disponible depuis la fin de semaine dernière dans la boutique en ligne OttOmobile (voir lien ci-dessous).

 

Nous reparlerons bien évidemment de cette miniature incontournable.

 

Notons déjà quelques interrogations au sujet du marquage "Gendarmerie", sur les côtés.

 

Edition limitée à 999 exemplaires - Réf : OT256 - 69,90 € (+ frais de port)

 

Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)
Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)

Diaporama 1 : l'Estafette OttOmobile photographiée sous tous les angles (photos OttOmobile)

Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017

-1er février 2017 (actualisé) :

 

Le salon de Nuremberg est toujours un moment important car les modèles présentés sur les stands des principales marques et fabricants de miniatures nous donnent de précieuses indications sur les perspectives de l'année.

 

En ce qui concerne l'édition 2017, les premières  informations commencent à filtrer et on parle d'une très probable Renault Estafette au 1/18 chez OttOmobile...

 

Source photos : http://www.forum-auto.com/automobile-pratique/modelisme-modeles-reduits/sujet6566.htm

Renault Estafette Gendarmerie au 1:18 (OttOmobile) - mise à jour 13 décembre 2017
Merci à Guillaume L. pour son alerte...

Merci à Guillaume L. pour son alerte...

Commenter cet article

Edgard 03/01/2018 10:28

merci Frédéric

menu 02/01/2018 20:56

pour ce qui est du lettrage , en bas de la page 128 du livre les véhicules de la gendarmerie nationale dans les éditions ETAI ,on peut voir une estafette avec le lettrage (en partie cachée) dont la taille correspond,a moins que OTTOMOBILE ce soit inspiré de l'estafette restauré par Renault histoire et collections visible page 80 du hors série du charge utile n°55 (les Renault estafette) dont la aussi la taille du lettrage correspond. en espérant que j'ai pus répondre a la question

frederic

Edgard 29/11/2017 07:47

du coup je me pose la question suivante : le lettrage "GENDARMERIE" est-il à la bonne échelle pour la taille du véhicule ?
Si c'est pas le cas, avec un peu de dissolvant, il doit pouvoir disparaître.

Edgard 29/11/2017 07:43

reçu la mienne également, et vient compléter sa consoeur de chez Norev.
Elle est arrivée sans l'antenne, donc SAV en cours, sans nouvelle à ce jour.
Une version brigade en noir/bleu nuit serait sympa à suivre, avec les portes "placard", et son antenne fouet.
Qui sait, des fois que cela se pourrait ...

Une passion partagée depuis 1998

 

 

 

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo, avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de matériels et miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers…

 

Merci aux Milinfistes qui permettent à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions (articles, photos, documentations…) alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

 

ChL

chl_milinfo@orange.fr

 

 

smiley Jérôme Hadacek

smiley Robert B.

smiley Yves P.

smiley Jean-Pierre B.

smiley Elodie Saint-Lot

smiley Hervé C.

smiley Kamal

smiley Bob

smiley Marc H.

smiley David T.

smiley Florian Vasseur

smiley Jean-Charles

smiley Daniel Baldjian

smiley Patrick G.

smiley Patrick Comelli

smiley Jean-François P.

 

(liste non exhaustive)

 

Veille matériels : Pascal Btr et Frédéric R.

Référent pompiers : Alain Lesaux

 

Les « Milinfistes Premium » sont les contributeurs qui alimentent régulièrement le contenu de Milinfo.
En cliquant sur leur nom, vous pouvez accéder à leurs principales contributions. Cette liste de contributeurs réguliers n'est bien sûr pas exhaustive...

Sont aussi Premium, les Milinfistes qui versent ou qui  ont versé une participation afin de financer l'hébergement, l'espace de stockage de Milinfo et la suppression de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Articles récents

Milinfo-Focus en PDF

Milinfo-Focus est accessible, au format PDF, aux Milinfistes Premium.

Contact : chl_milinfo@orange.fr

 

 

 

Hébergé par Overblog