Publié le par Milinfo
Publié dans : #Espace Jérôme Hadacek, #Véhicules&Matériels

-3 janvier 2017 :

 

Je n'ai malheureusement pas la réponse réglementaire à la question posée par Jérome Hadacek, mais je peux vous livrer le résultat de mes déductions et cogitations, issues d'observations provenant non d'unités du génie, mais plutôt du Train et de la Logistique.
 
Le système ne concerne pas que la Génie, mais toute l'armée de terre, y compris les bateaux et les engins voie ferré (voir document ci-dessous).
 
Pour aller plus loin, il faudrait prendre de la hauteur, ou du recul, et ne pas se contenter des photos en gros plan des plaques. Quels véhicules elles concernent, de quelle unité, vus où et quand ?
 
Parmi les exemples remontés par Jérôme, je déduit pour ma part :
 
G000028 : aucune anomalie, engin mis en service en 2010
 
EM8773400 : pourrait s'apparenter au système classique, le premier chiffre indiquant l'armée étant remplacé par EM : Etat Major (donc une anomalie), mais pas d'explication pour le 7 en 3ème position du nombre.
 
7G40016 : G est la 7ème lettre de l'alphabet, je penche pour une mauvaise interprétation de G4000016.
 
Je n'ai pas encore trouvé d'incohérences dans les plaques relevées (date de mise en service ne correspondant pas au type de véhicule, ou à la date de prise de la photo par exemple). Si Jérôme en trouve dans les exemples qu'il a, je suis preneur (;-)...
 
Bruno T.
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)

-30 décembre 2016 :

 

Jérôme Hadacek et son ami Jean Michel BONIFACE recherchent depuis des années, la significations des plaques d’immatriculation du Génie.  Elles sont en général précédées d’une lettre et plus fort parfois… de deux !
 
Personne ne semble en mesure de lever ce mystère... On sècherait donc du côté des Milinfistes ?
 
ChL
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)
Véhicules&matériels : l'énigme des immatriculations du Génie militaire (par Jérôme Hadacek)

-4 décembre 2016 :

 

Immatriculations du Génie militaire

 

Nous avons tous nos marottes ou TOC (Troubles Obsessionnels du Comportement) et je n ’en suis pas exempt, rattachés comme par hasard à nos passions.

 

Moqué avec bienveillance par un de mes amis (ChD) qui appelle cela la DLA (Disney Land Army), imité par un autre à qui j’ai transmis le virus (n’est-ce pas Jean Michel ?), je me suis passionné pour tous les marquages et identifications des engins et véhicules de l’armée française. Avec plus de 3000 immatriculations et tout autant de marquages différents en stock photo, il reste cependant un problème que je n’arrive pas à élucider : malgré des recherches et des questionnements adressés aux personnes concernées, des aides spontanées comme Pascal BTR à qui j’ai proposé de relever le défi, le mystère reste entier...

 

Les manuels techniques identifient parfaitement la symbolique et le déchiffrage des immatriculations militaires… ; il l’est un peu moins avant 1960. En revanche, et même dans le manuel technique des engins du génie, la codification de l’immatriculation des machines de chantier n’offre aucune réponse… pour l’instant, je l’espère !

 

Champs de mise en œuvre : seuls sont concernés les matériels de chantier semble-t-il, n’ayant aucun accès au réseau routier et limité à une intervention sur zone de travaux avec un transport non autonome se faisant impérativement par porte engin (une pelle sur roues par exemple, arbore une immatriculation militaire normale, de même que les chargeuses sur pneus, en revanche ce n’est pas valable pour rouleau compresseur, niveleuse, scrapper, bulldozer, chariot élévateur, grues et pelles sur chenilles etc..).

A contrario avec cet exemple apporté par Pascal BTR, un tracteur agricole utilisé par l’armée, matériel autonome pouvant circuler sur le réseau routier, affiche une lettre en préfixe de son immatriculation !?

 

Les hypothèses : Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe. Des plus anciennes avec la lettre B, en passant par C,D,E,F et G aujourd’hui, j’ai pensé au départ à l’initiale de la caractéristique technique de l’engin (C pour Chargeur, D pour Dozer…mais F pour Niveleuse, ça ne collait plus et encore moins pour E et G !!!).

 

Ensuite, j’ai émis l’hypothèse d’une lettre par décennie ce qui semblait à peu près pouvoir se justifier. (« C » pour les années 1970, suivi de «D » pour la décennie 1980, ensuite « E » pour 1990, puis « F » pour les années 2000, et actuellement « G » pour la tranche 2010 jusqu’ 2020. Il serait logique que la prochaine soit la lettre  « H » !?...réponse dans trois ans !).

 

Tout s’est écroulé à l’arrivée des doubles lettrages (exemple photo : EM) et pire encore, un chiffre puis une lettre ! (exemple photo : 7G4). Je passe sous silence des immatriculations avec une lettre suivi d’un triple 0 et d’un numéro d’ordre !!!!! (exemple photo : G 000).

 

Toute explication étayée sur une directive militaire ou un manuel technique, sera la bienvenue ! Pour l’instant l’ensemble de ces immatriculations restent des véritables énigmes. 

 

Pour toutes réponses constructives, contactez Milinfo (chl_milinfo@orange.fr ) qui transmettra...

 
Jérôme Hadacek
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...
 Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...

Les immatriculations de ces engins sont toutes précédées d’une lettre en préfixe...

Et ça se complique encore... !?
Et ça se complique encore... !?

Et ça se complique encore... !?

Commenter cet article

BTR 03/01/2017 18:53

belle analyse de Bruno T, car ce type d'immatriculation ne concerne effectivement que les véhicules "hors circulation". Cependant, sa proposition ne prévoit qu'une seule lettre...or il existe des immatriculations à deux lettres ou chiffre puis lettre ?! si la SIMMT voulait bien nous donner la réglementation....

BIGOR 30/12/2016 12:12

Bonjour à tous je suis du RGA!! Effectivement nous avons des immatriculations de toutes sortes et j'ignore leur signification exacte mais je me renseignerai lorsque je rentrerai dans mon unité (pas avant mars formation oblige...)

Milinfo 31/12/2016 10:33

Super... merci !!! Sommes impatients de connaître la réponse !!!

Sur le fil!

Véhicules et matériels : le Véhicule de Protection et de Signalisation (VPS) de la BSPP

 

>La longue route de Milinfo...

 

Né en 1998, Milinfo n'était d'abord qu'un bulletin d'information diffusé gratuitement à ses abonnés en échange de quelques timbres.

 

Le 20 mai 2006, la version papier est remplacée par le blog Milinfo avec pour objectif de créer un espace convivial ouvert aux passionnés de miniatures sous l'uniforme : armée, gendarmerie, police, sapeurs-pompiers...

 

Après une première mue intervenue en début d'année et imposée par notre hébergeur, Milinfo prend de nouvelles couleurs et évoluera encore progressivement pour trouver un nouveau rythme de croisière.

 

Merci aux milinfistes qui ont permis à Milinfo de poursuivre sa route en participant au paiement des frais d'hébergement.

 

Merci à celles et ceux qui, par leurs contributions, alimentent au quotidien le contenu de Milinfo.

 

Bonne visite sur Milinfo, bons achats et... bon plaisir !

 

Fidèlement,

ChL

Offre de souscription : Berliet Lorraine Blindé au 1:43  (épisode 3)

 

Ward LaFrance M1A1 serie 5 au 1/48 (Master Fighter)

 

ERC-90 Sagaie au 1/72 (Model-Miniature)

 

Catégories

Milinfo-Focus